Sie sind hier

Flux RSS

La biodiversité en ville

18 April 2017 

Certains explorateurs partent parfois pour de longs mois à l’autre bout du monde pour y étudier la biodiversité. Mais peut-on la trouver en ville ? Pouvons-nous nous-mêmes explorer notre lieu de vie pour fournir des informations aux scientifiques ? Et si l’exploration était là, au bout de la rue ?

Après avoir lu cet article, vous observerez votre ville sous un autre angle !

De la biodiversité en ville ?

Loin des forêts luxuriantes ou des récifs de coraux, la nature en ville ne semble pas pouvoir nous surprendre beaucoup. Et pourtant… Malgré le béton et le bitume, des espèces parfois surprenantes y habitent ou y passent à l’occasion.

Dans les arbres, déjà. Nous ne faisons plus attention aux pigeons, pies et corneilles tant ils nous sont familiers. Et pourtant ! Saviez-vous que le pigeon biset (le « pigeon des villes ») était domestiqué depuis la préhistoire ? Ils servaient de messagers, entre amoureux ou pendant les guerres.

Presque tous ceux que nous trouvons aujourd’hui en ville sont les descendants de ces pigeons voyageurs échappés de leur cage, et il n’en existe presque plus de totalement sauvage. Ils s’apprivoisent facilement, mais peuvent transmettre des maladies et salissent les bâtiments avec leurs fientes. Aussi, dans certaines villes, des pigeonniers spéciaux les abritent : les pigeonniers contraceptifs. Les pigeons viennent s’y abriter. Mais, sans qu’ils ne s’en rendent compte, leurs œufs sont stérilisés : les pigeons ont ainsi moins de bébés, et ceux-ci peuvent vivre correctement et être plus heureux.

 

Pies et corneilles sont cousines, toutes deux également très proches des corbeaux.

 

8001280Une pieUne pieZoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/pie-8.jpgWikimedia Commons - Par Michał Matyjasik
15002000Une corneille noireUne corneille noireZoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/corneille_noire_0.jpg?itok=iUvA_oPGWikimedia Commons - Par 4028mdk09
13362000Un corbeau freuxUn corbeau freuxZoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/corbeau_freux_corvus_frugilegus.jpg?itok=-2yk_DBJWikimedia Commons - Par John Haslam from Dornoch
11251500Un grand corbeauUn grand corbeauZoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/grand_corbeau_corvus_corax.jpg?itok=DDjGmnSiWikimedia Commons - Par National Park Service
15002000Un choucasUn choucasZoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/choucas.jpg?itok=ehNNVMzKWikimedia Commons - Par Daniel Plazanet (Daplaza)

Ces oiseaux sont très intelligents : les pies sont capables de se reconnaître dans un miroir, tandis que les corneilles sont capables de se souvenir des visages des humains, surtout s’ils leur ont fait peur ou du mal par le passé. Elles apprennent donc à s’en méfier !

 

Astuce : comment différencier corbeaux, corneilles et choucas ?

En France, on peut trouver deux espèces de corbeaux (le grand corbeau et le corbeau freux), mais aussi des corneilles noires et des choucas. Comment les différencier ?

Les grands corbeaux, les plus grands des quatre, ne vivent pas en ville.  Ils se nourrissent d’animaux déjà morts. Leur corps a des reflets bleus et violets et ils peuvent planer !

Les choucas vivent dans les tours. Leur plumage est gris sur le cou et leurs yeux sont très clairs. Ce sont les plus petits des quatre.

En revanche, corbeaux freux et corneilles se ressemblent beaucoup. Tous deux vivent en ville et mangent de tout. Ils font à peu près la même taille (46 à 47 cm) et le même poids (450 à 500g). Pour les distinguer, il faut regarder leur plumage : les corbeaux freux ont des reflets bleus et violet, tandis que les corneilles ont des reflets verts. Les corneilles ont toutes des plumes sur le bec, tandis que les corbeaux adultes n’en ont pas. Leur bec est long et droit, tandis que celui des corneilles est recourbé. En vol, la queue des corbeaux est ronde, celle des corneilles carrée. Enfin, au sol, les corneilles se déplacent en sautillant tandis que les corbeaux freux sont capables de marcher.

Des gendarmes sur les arbres ?

Sur les troncs des tilleuls se trouvent de curieux insectes : les « cherche-midi », ou « gendarmes ». Ces petites bêtes rouges et noires appartiennent au groupe des punaises. Mais, contrairement à leurs cousines toutes vertes, ceux-ci ne sentent pas mauvais.

Avec un peu de chance, vous pourrez également apercevoir l’un des plus gros coléoptères d’Europe : le lucane Cerf-volant ! Son vol, très bruyant peut être impressionnant… mais c’est un animal complètement inoffensif.

Au bord des routes et des trottoirs, dans les parcs ou près des jardins et parkings se trouvent souvent des buissons et des pelouses. Eux aussi abritent leur biodiversité ! Le soir, du printemps à l’automne, peut-être aurez-vous la chance de voir une famille de hérissons. Au mois de juin, en plus des pâquerettes ou des pissenlits, les plus chanceux (et les plus attentifs) pourront trouver des orchidées sauvages : l’Epipactis helleborine est plutôt courante en ville. Moins spectaculaire et timide que ses cousines tropicales ou montagnardes, elle se reproduit grâce aux fourmis qui vivent sur elle, attirées… par les pucerons qui ont, eux aussi, élu domicile sur la fleur !

Enfin, en haut des tours (clochers, haut immeubles…), se nichent parfois des faucons crécerelles. Le soir, on peut les voir planer, se posant parfois au sol ou chassant souris et petits oiseaux…

La nuit, même en pleine ville, ouvrez l’oeil : peut-être apercevrez-vous un renard qui s'y promène et s'y nourrit ! En 2011, l’un d’entre eux a vécu une drôle de mésaventure. Roméo, c’est son nom, s’est retrouvé enfermé au 72ème étage d’un gratte-ciel en construction. Retrouvé par les ouvriers après une semaine dans l’immeuble, il a pu être secouru, puis relâché dans les rues de la ville...

 

Alors, lors de vos prochaines sorties en ville…. Ouvrez l’œil !

Pour en savoir plus :

… Sur les pigeonniers urbains

http://www.lasouterraine.fr/node/1448

Corneilles ou corbeaux ?

http://www.natureln.librox.net/spip.php?article185

Menez l’enquête sur le lucane Cerf-Volant

http://www.nanterre.fr/560-enquete-sur-le-lucane-cerf-volant.htm

Image de couverture : composition entre https://pixabay.com/fr/b%C3%A2timents-ville-silhouette-48791/ et https://pixabay.com/fr/faucon-p%C3%A8lerin-pr%C3%A9dateur-raptor-371610/ - Marie Fisler

 


Texte : Marie Fisler

Relecture et mise en ligne : Pauline Jardin

 

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires
Up