Sie sind hier

Flux RSS

Un loup renard ?!

03 November 2017 

Une boule de poils dans une bassine... mais quel est cet animal ? Avez-vous une idée ?
Cette semaine, on est de retour dans l'atelier de Claire, la taxidermiste, pour découvrir les coulisses du montage de deux petits nouveaux... C'est aussi une avant-première, car vous pourrez les retrouver dans la prochaine exposition du Muséum !

Quelques infos sur notre animal...

Chrysocyon brachyurus, c'est son nom latin... Alors, vous avez trouvé ? On vous en dit plus !

Vivant en Amérique du sud, le loup à crinière est un animal solitaire et nocturne. Ses longues pattes sont en réalité une adaptation au déplacement dans les hautes herbes des plaines qu'il fréquente. Il se nourrit des petits mammifères, de reptiles,de poissons et de fruits.

Il est menacé par la destruction de son habitat au profit de l’agriculture, du trafic routier, mais aussi par les maladies transmises par les chiens.

Convention de Washington : Annexe II B (CITES) – Statut UICN : Quasi menacé (NT)

[Photo ci contre : Anne-Marie KALUS]

Les premières étapes : de la photo au mannequin

Pour ce montage, Claire a travaillé avec Yves Gaumetou, taxidermiste installé à Lille. Vous aviez pu suivre cette aventure en avril dernier sur les réseaux sociaux avec le mot dièse #carnetsdetaxidermie.

Retrouvez l'album photo #carnetsdetaxidermie sur notre page Facebook

La première étape avant le montage consiste à déterminer une position pour l'animal. Pour cela, les livres et les photos sont de bonnes ressources documentaires. Ici, deux loups à crinière sont concernés et voici la photo qui va inspirer notre taxidermiste pour la sculpture du mannequin. A la suite, la silhouette des deux mannequins créés à partir de la photo.

 

Création du corps en fibre du premier loup à crinière

La position est celle d'un animal curieux mais assez craintif et hésitant. Plutôt sur ses gardes, et près du sol.

Une planche de bois est découpée aux dimensions du profil de l'animal et les ferrailles sont fixées dessus. On ajoute ensuite la matière, ici de la paille fine que  l'on modèle et maintient avec un fil résistant. On étale une couche de papier mâché pour réaliser les petits détails anatomiques puis on laisse sécher avant de mettre la peau.

 

Création du corps en fibre du deuxième loup à crinière

Cette fois-ci, la position est celle d'un loup qui gambade et joue en taquinant son congénère. Une position sur deux pattes, en déséquilibre évoquant le mouvement.

Il était intéressant de monter ces deux loups à crinière en même temps et de les faire interagir dans une mise en scène dynamique. Le public peut alors imaginer leur histoire.

On passe à la couture !

Pour l'étape couture, on se met souvent dans des positions assez acrobatiques ! Voici le premier loup les quatre pattes en l'air, pour la couture du bout de la queue jusqu'au menton, puis les pattes.

Sur la photo d'après, il s'agit de notre deuxième loup, les quatre pattes en l'air lui aussi. Un petit sac poubelle protège la tête pour que la peau ne sèche pas trop vite pendant la couture, le modelage de la tête se faisant en dernier.

 

Et les finitions avec ce clin d'oeil : une main, une patte ! Un petit coup de "peigne" est souvent nécessaire pour réorganiser ce pelage si dense.

Saviez-vous que l'on surnomme parfois l'animal "renard sur échasses" à cause de ses longues pattes ?

Et le sèchage...jusqu'à la prochaine exposition

Une fois la couture achevée vient le temps du séchage pour nos deux loups à crinière.

Les deux loups sont fixés sur une palette en attendant d'être exposés (un socle différent sera alors préparé en fonction de l'exposition). Les petits points blancs que vous apercevez sur la première photo sont des têtes d'épingles qui aident à maintenir les pattes et les griffes dans la bonne position. Elles sont enlevées une fois l'animal sec. Sur la seconde photo, on aperçoit des bandes blanches sur les pattes : il s'agit d'un scotch peu collant qui permet, comme les aiguilles, de maintenir la pattes en position durant le séchage.

Rendez-vous à partir du 17 février prochain pour observer de plus près ces deux loups à crinière !

Si vous avez des questions : posez-les dans les commentaires, nous serons heureux d'y répondre :-)

 


Texte et photo : Claire Gohard

Relecture, complément et mise en ligne : Alice Michonnet

Novembre 2017

loup - taxidermie - atelier - montage - coulisses - loup à crinière

Par Godé Guillaume le 03 Novembre 2017 à 13:46

Chapeau l'artiste et tout ça avec une parfaite manucure! Hâte de les retrouver!

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires
Up