You are here

Flux RSS

Exposition En//chantier : la photographie

27 February 2017 

Cette année de chantier des collections se termine par un projet d'exposition construite collectivement par toute l'équipe. Le photographe Bernard Hébert était à nos côtés et nous a apporté son expérience, ses conseils et son aide précieuse. Retour sur ce projet pour ce dernier article de la série et rencontre avec Bernard Hébert à propos de cette aventure...

Une immersion dans le monde la photo

Dans le cadre du projet d'exposition sur lequel nous travaillons, nous sommes allés à la rencontre de Bernard Hébert, photographe havrais qui va nous suivre pendant cette aventure. Bernard nous a interrogés avec une grande écoute sur notre métier et les raisons pour lesquelles nous avions choisi certains objets, ainsi que sur notre projet commun d’exposition... Nous avons pu bénéficier de son expérience, de son aide et de ses conseils pour prendre les photos de nos objets dans des cadres différents et en fonction de leur nature, de leur forme...

Ce qui a été très intéressant, c'est que nous avons pu participer à la prise de vue : nous étions les sujets de la photo mais Bernard nous a demandé notre avis sur comment "construire" la photo. Cela nous a donné beaucoup de satisfaction et nous a permis de créer des liens avec ce grand homme.

Découvrir la page dédiée à l'expostion En//chantier - au coeur des collections

Bernard Hébert

Voyageur et photographe passionné depuis toujours, Bernard Hébert s’est particulièrement intéressé à l’Afrique, au Maghreb, au Sahara et plus encore au Maroc où il séjourne régulièrement.

Il est par ailleurs photographe des plateaux de cinéma et de théâtre et a travaillé à de nombreuses reprises notamment avec Alain Milianti, Raoul Ruiz et Amos Gitai. Avec ce dernier, il a eu l’opportunité de rencontrer des grands noms du cinéma français comme Pierre Arditi, Catherine Jacob, Arielle Dombasle ou Léa Seydoux.  Il a dernièrement « couvert » le tournage de plusieurs épisodes de « 2 Flics sur les Docks » avec Bruno Solo et Jean-Marc Barr et ses photographies de plateau ont fait l’objet de l’édition d’un catalogue.

Il a longtemps collaboré avec la Maison de la Culture du Havre (Le Volcan) et la scène Nationale de Fécamp. Ses travaux sur les nocturnes portuaires (L’escale du jour) et sur les portraits d’artistes dans leurs ateliers ont fait l’objet de nombreuses expositions et de plusieurs éditions.

Interview du photographe

Qu’est-ce qui vous a donné envie de participer à ce projet ?

L’envie de participer à ce projet a été motivée par deux raisons principales : la découverte d’un univers que j’ignorais totalement et qui excitait ma curiosité, et dans le même temps, un travail en partage avec des personnes que je devinais nécessairement impliquées par leur activité.

Quels sont les types de matériel que vous utilisez pour les photographies ?

Pour le style de photographie que je pratique, j’utilise un appareil classique de type « reflex » et de marque Nikon. Mais surtout, ce qui est essentiel, je me sers d’objectifs de qualité très performante. Dans un deuxième temps, je finalise le travail de prise de vue en reprenant les fichiers numériques sur un ordinateur Mac et un logiciel Photoshop.

Pourquoi vous êtes-vous consacré à la photographie, d’où vous vient cette passion ?

L’activité photographique est pour moi une véritable passion depuis l’enfance. Mon grand-père était lui-même photographe de métier et j’ai eu la chance de développer mes premiers tirages dans son laboratoire. Depuis, je n’ai jamais cessé de photographier.

Et puis j’ai la double passion des voyages et des rencontres humaines et j’ai toujours aimé traduire ces émotions en images.

Que préférez-vous photographier ?

Comme je le dis dans ma réponse précédente, je suis très attaché aux rencontres et à l’humain en général. C’est ce qui explique mon intérêt pour les tournages de cinéma, les ateliers d’artistes ou bien des activités centrées sur le lien entre un sujet et des personnes comme nous le vivons ensemble aujourd’hui. Dans ces différentes situations, le travail photographique se construit toujours sur les bases d’une relation de respect et de complicité. Je tiens à souligner d’ailleurs, et avec la plus grande sincérité, que l’expérience que nous venons de vivre m’a beaucoup apportée et que j’ai vraiment apprécié les moments tous différents passés avec chacun d’entre vous.

Prises de vue

14002000Camille"J’ai choisi le lionceau car au premier abord, je l’ai trouvé très mignon mais aussi parce qu’il est très rare de voir des animaux sauvages d’aussi près. Le « roi des animaux » est le deuxième plus grand félidé après le tigre, et aussi le plus grand carnivore d’Afrique. A l’âge adulte, le lion peut atteindre jusqu’à 215 kg. Malheureusement, cette espèce est menacée…" Camille"J’ai choisi le lionceau car au premier abord, je l’ai trouvé très mignon mais aussi parce...Zoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/dsc_2959_21_x_30.jpg?itok=FEZlWvZsPhotographie : Bernard Hébert
14002000Alexandre"J’ai choisi cet objet parce qu’il est intact, presque entier - il manque juste la patte gauche, ce qui nous permet de le visualiser dans sa forme initiale. On ne voit pas souvent des squelettes, c’est donc pour cela que j’ai choisi cet objet afin que vous puissiez comme moi admirer ce lapin de garenne."Alexandre"J’ai choisi cet objet parce qu’il est intact, presque entier - il manque juste la patte...Zoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/dsc_3020_21_x_30_0.jpg?itok=ZJTd3TOXPhotographie : Bernard Hébert
14002000Nathalie"Cet oursin fossilisé me renvoie à ma première découverte de fossile. Retour dans les années 90, un après-midi d’été sur une plage de galets du Tréport en Normandie. J’ai 12 ou 13 ans, je fouille à la recherche d’une jolie pierre, je saisis plusieurs galets que je lance un peu plus loin jusqu’à ce que mon regard soit attiré par un galet bien précis. Sa forme est particulière et des petites lignes de points blancs le décorent de haut en bas. Cette forme ne m’est pas inconnue… Et pour cause, j’avais l’habitude de ramasser oursins et étoiles de mer pour les faire sécher et décorer ma chambre. Mes premiers cours d’histoire et de sciences naturelles du collège me reviennent et ça fait « Tilt ». J’ai découvert un fossile d’Oursin !"Nathalie"Cet oursin fossilisé me renvoie à ma première découverte de fossile. Retour dans les années...Zoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/dsc_3565_21_x_30.jpg?itok=OMsaqw4XPhotographie : Bernard Hébert
14002000Julie"J’ai choisi cet objet car parmi tous les objets que j’ai vus, j’ai été surprise de trouver ce beau bracelet dans les collections des réserves du Muséum. Il s’agit d’un bracelet en ivoire, l’ivoire étant réservé en priorité au souverain dans de nombreux royaumes Africains, j’imagine donc qu’il a pu appartenir à une personne importante ce qui le rend très intéressant à mes yeux." Julie"J’ai choisi cet objet car parmi tous les objets que j’ai vus, j’ai été surprise de trouver...Zoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/dsc_3359_21_x_30.jpg?itok=WKq3FjXMPhotographie : Bernard Hébert


Texte : Florane Borg, Camille Hache, Elodie Jean, Steven Paing

Relecture et mise en ligne : Pauline Jardin - Alice Michonnet

Photo : Pauline Jardin / Bernard Hébert

Le Fonds Social Européen s'engage aux côtés de la Ville du Havre pour le chantier des collections du Muséum.

exposition - Chantier des collections - Photographie - projet collectif - Bernard Hébert - Collections

Par Muséum du Havre le 01 Mars 2017 à 14:19

Merci beaucoup, c'est transmis !

Par Delacvivier le 01 Mars 2017 à 12:15

Quelle belle initiative, suivre le chantier par le biais des acteurs de terrain, génial. Un beau projet de photo reportage au cœur de notre belle ville du havre.

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires
Up