You are here

Flux RSS

À l’assaut de la pédago !

04 December 2017 

Notre nouvelle équipe est tellement efficace qu’elle a déjà fini de traiter une partie des collections : le fonds pédagogique archéologique du Muséum ! Le nom ne vous évoque peut-être pas grand-chose et c’est pourquoi nous profitons de l’occasion pour vous parler de ce type de collection peu connu et qui vient tout juste d'être traité chez nous.

Un "tri" nécessaire

À l’occasion de ce chantier des collections, un "tri" s’opère. Attention, l’idée n’est pas de jeter des collections patrimoniales publiques mais de ne pas inscrire dans un inventaire normalisé ces objets. En effet, une fois inscrits dans cet inventaire, les objets deviennent patrimoniaux et inaliénables (il n’est alors plus possible de s’en défaire). Par ailleurs, il arrive - très souvent - en institution que des fonds n’aient aucune information ou que celles-ci soient perdues. Tout ne rentre donc pas en inventaire, surtout s’il s’agit d’une vingtaine de silex taillés sans provenance ni date alors que le musée en possède des dizaines de milliers très bien renseignés. Il est alors souvent décidé de confier ces objets aux médiateurs du musée pour qu'ils les utilisent à l’occasion d’ateliers scolaires, de travaux pratiques universitaires ou qu'ils les prêtent à des écoles.

Légende : modèles réduits de statues-menhirs du Néolithique 

Des milliers d’objets à inventorier !

Repensez maintenant au fait que les muséums sont des institutions ayant des fonds se comptant en centaines de milliers (voire millions) de lots d’objets et que le Muséum d’histoire naturelle du Havre en est à sa dixième année de chantier de collection ! Actuellement, le fonds de la pédagothèque s’élève à environ 40 000 (lots d’) objets et seul un premier travail a été fait : un inventaire simple, un premier nettoyage, une mise en caisse et un stockage en rack (étagère) par ordre d’arrivée.

Arrive maintenant la suite et fin de ce chantier.

Il s’agit pour l’équipe actuelle d’uniformiser des inventaires qui ont été faits par plusieurs personnes à la fois, de réaliser un "capitonnage" des caisses (habiller l’intérieur des bacs avec de la mousse de conservation), un conditionnement des objets (mettre les lots dans des sachets ou boîtes adaptés), de mettre un couvercle sur les caisses et de les ranger par ordre croissant, sans oublier le fait de répartir les objets pour qu’ils soient dans des caisses pesant moins de 7kg (certaines dépassaient les 15kg !). Il s’agit également de démonter les meubles de rangement adaptés et de les remonter au mieux pour installer ces ensembles. Cela peut sembler basique mais pour le fonds de la pédagogie archéologie, il s’agit de 92 caisses pour 1089 lots (de un à cent objets) ; et ce n’est pas le plus grand des ensembles de la pédagothèque ! Une dernière étape (et peut-être la plus importante) est l’adressage qui consiste à noter l’emplacement précis de chaque objet, à savoir : le bâtiment, la salle, le rack et la caisse, avec chacun un nom bien clair et compréhensible de tous (et qui ne fasse pas bugger les bases de données…). Ce n’est pas le cas actuellement et il est difficile de trouver une caisse précise parmi plus de cent racks répartis sur quatre salles et deux étages différents.

Légende : entièreté du fonds pédagogique archéologique

Et maintenant…

Notre équipe a donc fini l’ensemble du fonds pédagogique archéologique et a attaqué (et déjà presque fini) depuis la semaine dernière le fonds de la pédagogie ostéologie (les os), plus motivée que jamais !

Légende : dents issues d'un dragage de la Seine, photo d'inventaire

À suivre…


Hugo Bordet

Chantier des collections - Réserves - Collections

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires
Up