You are here

Flux RSS

On the rocks !

05 March 2018 

La pédagothèque du Muséum comporte une section dédiée à la pétrologie, c’est-à-dire à l’étude des roches. À celle-ci est associée une collection minéralogique. Leur ensemble représente pas moins de 4000 échantillons, d’une très grande variété. Pas toujours facile de s’y retrouver !

Légende : Quartz en machoire (mains de François Huet) © Guillaume Mallard

Bienvenue dans les fonds de pétrologie et de minéralogie du Muséum !

15002000Agate herboriséeAgate herboriséeZoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/p1240954_agate_herborisee_photo_guillaume_mallard.jpg?itok=quRzPnLn© Guillaume Mallard
15002000Jaspe rougeJaspe rougeZoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/p1240945_jaspe_rouge_photo_guillaume_mallard.jpg?itok=JI6tQrg0© Guillaume Mallard
1000750Calcaire à géodes de calciteCalcaire à géodes de calciteZoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition_portrait/public/multimedia/p1240956_calcaire_a_geodes_de_calcite_photo_guillaume_mallard.jpg?itok=G8S-4rej© Guillaume Mallard
1000750Géode de quartz sur silexportée par Guillaume MallardGéode de quartz sur silexportée par Guillaume MallardZoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition_portrait/public/multimedia/p1240966_credit_photo_hugo_bordet_geode_de_quartz_sur_silex.jpg?itok=JoVXF3m3© Hugo Bordet

Une aide bienvenue !

Pour nous aider dans la détermination de la nature de ces échantillons (parfois dépourvus d’informations relatives à leur espèce ou origine) nous sommes très heureux de pouvoir compter sur l’aide précieuse et régulière de François Huet, membre de la Société Géologique de Normandie et Ami du Muséum du Havre – et accessoirement préparateur d’un mystérieux cocktail appelé « lait de tigre »… (à consommer avec la plus grande modération !).

Identifier une roche ou un minéral est avant tout « une question d’habitude ». « C’est surtout de la pratique ! », comme le répète ce passionné. Les excursions géologiques et la constitution d’une collection personnelle permettent ainsi de se forger une solide connaissance des différentes pierres qui composent l’écorce de notre bonne vieille planète. Un œil expérimenté est souvent capable de reconnaître de façon instantanée certains spécimens. Mais ce n’est pas toujours si évident !

Légende : François Huet et Léa © Hugo Bordet (cf article Renforts au chantier !)

Des identifications pas toujours évidentes...

On recense en effet dans la nature plus de 3000 espèces de minéraux. Or, un spécimen ne se présente pas toujours sous sa forme la plus commune (il y a par exemple environ 1200 formes cristallines différentes de la calcite). De même, certaines pierres peuvent revêtir, d’un spécimen à l’autre, de multiples couleurs. La difficulté est parfois plus grande encore lorsqu’il s’agit d’identifier des roches, car celles-ci sont généralement composées de différents minéraux. Méfiance donc, et évitons la précipitation !

S’engage donc une véritable enquête, où l’on va formuler des hypothèses, qui seront corroborées ou contredites. On progresse ainsi peu à peu, en écartant certaines d’entre elles. Il faut donc adopter une méthode et s’équiper d’outils.

225300Cliquez sur la photo, ça tourne !Modèles représentant différents systèmes cristallinsCliquez sur la photo, ça tourne !Modèles représentant différents systèmes cristallinsZoom http://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/anim2.gif© Guillaume Mallard

Une véritable enquête

Observation

L’observation de l’aspect (en minéralogie on parle de « faciès »), des couleurs, de l’éclat (métallique ou non) et des formes des cristaux est une première approche. Mais c’est aussi la prise en main de l’échantillon, et l’appréciation de son poids par rapport à son volume (c’est-à-dire sa densité) qui pourra dans certains cas donner lieu à l’identification d’un spécimen. Par exemple, la barytine (dont le nom fait étymologiquement référence à son poids, puisqu’en grec ancien barus signifie lourd) est bien plus dense que d’autres minéraux avec laquelle elle pourrait présenter des similitudes.

Dureté

La dureté d’un minéral, que l’on évalue selon sa capacité à être rayé ou à rayer d’autres cristaux, est souvent un critère décisif. Elle se mesure grâce l’échelle de dureté de Mohs, par ordre croissant de 1 à 10 (du talc au diamant – de loin le plus dur des minéraux connus). Le gypse (dureté 2) est rayé par l’ongle, tandis que la calcite, plus résistante (dureté 3), le sera par la pointe d’un couteau en acier, ou par un éclat de verre. Le quartz (dureté 7), inaltéré par l’acier, rayera au contraire un objet en verre. Un minéral ne se raye pas lui-même, mais sera rayé par les cristaux d’indice supérieur et rayera tous les cristaux d’indice inférieur. Les crayons de dureté sont très utiles pour déterminer la résistance des cristaux (et évite d’avoir à se procurer un diamant…).

Légende : Échelle de Mohs

Outils utiles !

Parmi les outils à avoir dans son kit du parfait minéralogiste, on peut également  utiliser un support en porcelaine blanche afin d’observer la couleur de la trace laissée par frottement (l’hématite laissera ainsi une trace rouge cerise très caractéristique). Mais bien d’autres propriétés physiques peuvent servir de critère. Par exemple, si une roche affole l’aiguille d’une boussole, ce sera sans aucun doute de la magnétite ! Un aimant puissant attirera les petits fragments des minéraux présentant une forte teneur en fer métallique, etc.

Une enquête parfois sans résultat !

Toutefois, il faut aussi savoir reconnaître avec humilité son absence de certitude quand aucune de ces procédures n’a su se montrer décisive. Une analyse plus poussée de la constitution chimique du spécimen serait alors nécessaire. Le test de l’acide chlorhydrique permet tout au moins de déterminer facilement si la roche est calcaire ou non. Si c’est le cas, la réaction est immédiate… et effervescente. (Pschhhiitt !).

Légende : Réaction du calcaire à l'acide chlorhydrique © Guillaume Mallard

Enfin, il est toujours possible d’avoir recours à un autre moyen d’analyse (mais on vous le déconseille !) : le goût, en léchant l’échantillon. Il peut par exemple s’agir simplement de cristaux de sel (ou halite). Mais attention ! Certaines roches sont naturellement toxiques : hop, une petite lapée (ou lampée ?) d’arsenic…

Le secours des livres

Il existe de nombreux manuels de détermination des roches et minéraux. Les illustrations ne sont pas toujours très parlantes selon l’échantillon en présence (ni très fidèles quant aux couleurs). L’idéal est donc d’avoir plusieurs guides à portée de main ! Heureusement, le fonds de la bibliothèque du Muséum en comporte quelques-uns :)

  • BAUER Jaroslav, Guide des minéraux : minéraux, roches, pierres précieuses, Fribourg (Suisse), Hatier, 1988
  • JOHNSEN Ole, L’encyclopédie des minéraux, Paris, Delachaux & Niestlé, 2002
  • KOUŘIMSKÝ J., Encyclopédie des minéraux, Paris, Gründ, 1977
  • Le grand guide des minéraux, Paris, Sand, 2003
  • PELLANT Chris, Roches et minéraux, Paris, Bordas, 1994
  • PELLANT Chris et Helen, Roches et minéraux : 1000 infos, Paris, Gründ, 2007 
  • POUGH Frédéric H., Guide des roches et minéraux, Paris, Delachaux & Niestlé, 1979
  • ROBERTS John L., Minéraux, roches et fossiles, Saint-Constant (Québec), Broquet, 2006
  • SCHUBNEL Henri-Jean, Larousse des minéraux, Paris, Librairie Larousse, 1981
  • ŠVENEK Jaroslav, Minéraux, Paris, Gründ, 1987

Pour terminer cet article, un petit clin d'œil à notre avant-dernier article, La science en vidéo, avec une chaîne youtube traitant de géologie : University Geology.


Guillaume Mallard, Assistant de conservation (spécialiste fonds documentaire) au Muséum d’Histoire Naturelle du Havre

Remerciements :
François Huet
Hugo Bordet pour la documentation numérique et la relecture
Alice Michonnet et Mathilde Créton pour la relecture et mise en ligne de l’article

Pétrologie - Collections - Roche - Minéral - Minéralogie

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires
Up