Vous êtes ici

Flux RSS

Au Moyen âge : ça grouille d'idées !

24 juillet 2013 

Classait-on le vivant au Moyen Âge ?
Pouvait-on avoir des idées évolutionnistes ?

Venez découvrir les sciences de la nature au Moyen Âge avec le second épisode de notre série sur l'histoire des classifications !

Épisode 2 : au Moyen Âge

Une époque barbare ?

Au Moyen âge, l’Empire Romain s'est effondré depuis plusieurs siècles déjà. Pourtant, il a encore une influence forte sur les sciences de l'époque.

Car, contrairement à ce que l'on voit parfois, le Moyen-âge n'est pas une époque de brutes sanguinaires et primitives. C'est même tout le contraire : une époque de fourmillement intellectuel. C'est durant cette période que l'on découvre les jeux d'échecs venus d'Orient. On fait venir à Cordoue tous les livres qu'il est possible d'avoir pour enrichir l'immense bibliothèque de la ville et permettre aux savants de se cultiver. C'est également à ce moment-là qu'Avicenne rédige son monumental ouvrage sur la médecine et que l'on découvre l'algèbre.

Pour connaitre le monde, on suit les préceptes des "Grands Anciens", Pline, Théophraste ou Dioscoride pour les sciences de la vie. De l'Europe à l'Afrique du Nord, on les lit, on les complète, on les traduit (les oeuvres sont en grec ou en latin) et on voyage pour enrichir ses connaissances !

À cette époque, on étudie beaucoup plus les plantes que les animaux.En effet, il est bien plus facile de récolter, de conserver (en herbier) et de transporter des feuilles et des fleurs séchées que des cadavres d'animaux ou, pire, des animaux vivants !

 L'arbre de Porphyre

Cependant, quelques naturalistes résistent et observent les animaux. Certains même les classent sur des arbres imaginés par le philosophe Porphyre de Tyr : les Arbres de Porphyre. Ils ressemblent beaucoup à ceux de Platon dans Le Politique (voir l’article de la semaine dernière) - à ceci près qu'ici, ils sont dessinés ! Porphyre y classe  les êtres animés d’un côté, êtres inanimés de l’autre ; parmi les êtres animés, ceux qui sont "sensibles" (les animaux) et ceux qui ne le sont pas (les végétaux), etc. Ici encore, l’homme fait donc partie des animaux !

670639Un des arbres de PorphyreUn des arbres de PorphyreAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/arbor_porphyrii.png

Arbres ou échelles ?

Mais les arbres de Porphyre ne font pas une classification fine des espèces. On ne cherche pas à savoir, par exemple, si telle plante est plus proche de telle autre que d’une troisième. Ils ont cependant un grand succès et vont être repris par de nombreux auteurs. Certains ne classent pas que le vivant, mais y ajoutent même les anges !

 Mais on ne classe pas le vivant que sur des arbres. Une autre figure, elle aussi héritée de l’Antiquité, sert à cela : l’échelle des êtres.

L'échelle de Ramon Lull

Sur ces échelles, les espèces se suivent les unes les autres au lieu d'être rassemblées dans des groupes communs. C'est un peu comme un chemin qui irait des êtres vus comme les plus simples (les cailloux, les vers de terre, etc...) jusqu'à ceux que l'on trouve les plus complexes et les plus parfaits.

Souvent, au Moyen Âge, on place tout en haut de l’échelle les divinités, puis les anges, puis les hommes, les animaux, les plantes, et enfin les minéraux. Parfois, on détaille les groupes : par exemple, dans "les hommes", les rois sont situés tout en haut, puis viennent les hommes, puis les femmes (ces arbres ont été réalisés par des hommes !), puis les enfants, etc.

Sur une échelle, l’homme n’est pas un animal : il est au-dessus des animaux !

524399L'échelle de LullL'échelle de LullAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/lulle.jpg

 Finalement, durant le Moyen Âge, on fourmille d'idées. Quelques naturalistes, comme Augustin d'Hippone, vont même jusqu’à affirmer que la Terre n'a pas été créée comme dit dans la Genèse ! Mais à son époque, il reste tout de même très contesté.

 

 Mais, parmi ce foisonnement d'idées, quelques unes vont plus que toutes autres marquer l'histoire des classifications...

À suivre !

 

Texte : Marie Fisler

 

Les épisodes précédents :

Épisode 1 : Des classifications antiques (17 juillet)

Première série : la sélection naturelle

Épisode 1 : Des yeux et des pigeons (19 juin)

Épisode 2 : Des chats au pôle nord (26 juin)

Épisode 3 : Des textos et des zombies (10 juillet).

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up