Vous êtes ici

Flux RSS

Comment on fait les bébés ? #1

14 mai 2014 

Quel est le lien entre une chanson de Jean-Jacques Goldman et un corail ?
Une bactérie peut-elle envoyer des faire-parts de naissance ?
Une nouvelle série après laquelle vous saurez tout, tout, tout sur les bébés !

Elle a fait un bébé toute seule !

Les êtres vivants ont une propriété très étrange : ils sont capables de se reproduire. C'est-à-dire de "construire" un nouvel individu qui leur ressemble. Cet individu fonctionne tout comme celui qui en est à l'origine. Imaginez, si votre ordinateur ou votre grille-pain étaient capables de faire la même chose !

Mais il y a plusieurs manières de se reproduire. On peut s'y prendre seul ou à plusieurs. Certaines espèces vont ainsi être capables de faire un bébé toutes seules, et pas que dans des années un peu folles !

Les bactéries, par exemple. Ces êtres vivants ne sont composés que d'une seule cellule. En attendant son petit, la future maman bactérie va se mettre à grossir (on n'en a cependant jamais observé réclamant des fraises ou des cornichons plus que d’accoutumée). À l'intérieur de son corps – pardon, de sa paroi cellulaire, le travail est intense. Maman bactérie est occupée à recopier son matériel génétique. Une fois cela fini, elle se divise et prépare les faire-parts. Il y a alors autant de divisions que de copies de son ADN... et que de petits !

Ceux-ci – et leurs faire-parts de naissance – sont généralement nombreux, car une bactérie peut se multiplier plusieurs fois par jour. Cela devient rapidement compliqué pour les prénoms. Heureusement, chez les bactéries, les bébés n'ont pas besoin de crèche, de leçons à apprendreou de vélo rouge pour leuranniversaire. En fait, il sont rapidement autonomes : ils deviennent adultes et peuvent eux-mêmes se reproduire au bout de quelques heures, voire dizaines de minutes !

Peut-être est-ce d'ailleurs une des raisons pour lesquelles on n'a jamais vu de bactérie écrire de faire-part de naissance.

Reproduction d'une bactérie. Par ZabMilenko, Wikipedia.

La division d'une bactérie. Crédit image : ZabMilenko - Wikipedia

 

Si notre bactérie croise une copine, toutes les deux peuvent aussi échanger ensemble un peu de matériel génétique. Un peu comme si, croisant un collègue, vous échangiez avec lui un bras, le gène donnant la coloration des yeux ou vos mitochondries. En fait, ces échanges sont si fréquents qu'il est impossible de classer les bactéries en fonction de leurs seuls liens de parenté, ce que nous faisons au contraire pour les plantes, les animaux ou les champignons.

Echanges dans l'arbre généalogique ! Crédit image : Dr. Barth F. Smets, http://www.nature.com/nrmicro/journal/v3/n9/images/nrmicro1253-f1.gif

 La plupart des autres êtres vivants formés d'une seule cellule font eux aussi leurs bébés tout seuls. Des bébés qui leur ressemblent comme deux gouttes d'eau : ce sont en fait des clones de leur (unique) parent.

 Mais d'autres espèces, formées de plusieurs cellules cette fois, sont elles aussi capables de faire leurs bébés toutes seules. Chez les végétaux, greffes et boutures sont bien connus. Prenez un morceau de votre plante grasse et re-plantez-le : il poussera. Mais les plantes ne sont pas les seules à pouvoir se reproduire toutes seules : quelques animaux sont particulièrement forts en la matière. Les hydres d'eau douce, les tuniciers, les éponges ou les coraux, par exemple.

 

 

265378Une hydreHydra oligactis, pour les intimesUne hydreHydra oligactis, pour les intimesAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/hydra_oligactis.jpg
600800Un tunicier(Ascidie non-identifiée)Un tunicier(Ascidie non-identifiée)Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/ascidian_at_castle_rocks.jpg
480640Une épongeUne épongeAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/sponge.jpg
768510Et un peu de corail !Et un peu de corail !Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/pillarcoral.jpg

Ils se reproduisent en "bourgeonnant" : un petit bout du corps de l'heureuse future maman s'agrandit, puis un bébé s'y forme. Une fois capable de mener sa vie tout seul, le rejeton peut choisir de partir à l'aventure loin de sa famille. C'est par exemple ce que font les hydres ou les méduses lorsqu'ils se reproduisent seuls.

D'autres peuvent rester vivre en famille : on dit que tous forment une "colonie". Les bryozoaires, par exemple. Ces animaux ressemblent à de la mousse ou à du corail. Mais ils n'ont rien à voir avec eux, déjà parce-que ce sont ces animaux (et pas les mousses, qui sont des plantes), et en plus parce-qu'ils ont plus de points communs avec une vache ou un papillon qu'avec un corail. En fait, ce que l'on voit du bryozoaire est la grande "maison" dans laquelle vivent des centaines et des centaines de petites colocatrices, les zoécies. Au sein de la colonie, on se répartit les tâches et chacune a son propre travail : certaines vont protéger les larves, d'autres défendre le groupe, d'autres encore nettoyer la colonie. Ainsi, lorsque les petits bourgeons de bryozoaires grandissent, ils peuvent se spécialiser pour assurer une tâche spécifique.

700933Un BryozoaireFlustra foliacea, pour les intimesUn BryozoaireFlustra foliacea, pour les intimesAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/flustra_foliacea.jpg
803427Une zoécieUne zoécieAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/bryozoa_anatomy.jpg

 Il existe encore d'autres manières d'avoir un bébé toute seule. La "repousse", par exemple. Lorsque des animaux se font couper un membre, certains peuvent se réparer. Les lézards, les phasmes ou les coccinelles, pour ne citer qu'eux. C'est déjà très fort et extrêmement enviable. Mais certains animaux sont encore plus forts et peuvent en plus reconstituer un nouvel individu autour du membre coupé. Un peu comme si un lézard qui abandonnait sa queue à un prédateur voyait non-seulement une queue repousser à l'arrière de son corps (ce qui est le cas), mais aussi un corps de lézard repousser derrière le moignon de queue abandonné !

Les hydres ou les anémones sont particulièrement forts en la matière. C'est aussi le cas d'une étoile de mer, Linckia guildingi. Coupez-lui un bras : une étoile de mer repoussera autour ! Mais, en la matière, c'est peut-être l'hydre qui bat tous les records.

Mais, mais... Ne dévoilons pas tout sur cette étrange petite bête. La suite au prochain épisode !

 

Marie Fisler

 

Pour en savoir plus :

Sur l'autotomie (le fait de se couper un organe pour échapper à un prédateur)

Sur la reproduction des méduses

Sur les animaux qui se reproduisent tout seuls

...Et encore un peu plus !

 

Les articles précédents :

Espèce de planqué !

#1 : Pour vivre heureux, vivons cachés !

#2 : Aux autres la fierté, le tout est d'être caché !

#3 : Aux autres la fierté... (Suite et fin)

#4 : Une drôle de guêpe ?

T'as de beaux yeux, tu sais ?

#1 : Des cerfs, des paons et de la bogossitude

#2 : Les phalaropes, de drôles d'oiseaux ?

#3 : Soirée karaoké chez les bébêtes

#4 : Du karaoké au dancefloor

Histoires d'interactions : L'enfer, c'est (pas toujours) les autres

#8 : Diogène et la phronime

#7 : Drôle d'araignée sur les acacias !

#6 : Des milliards d'amis dans nos intestins

#5 : Drôles de guêpes !

#4 : Solanopteris brunei, la fougère et ses fourmis

#3 : Les Ophrys. Quand des orchidées séduisent des abeilles

#2 : Les mitochondries, des copines au coeur de nos cellules

#1 : Elysia chlorotica, une limace très brillante

sciences de la vie - reproduction - bébés - animaux

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up