Vous êtes ici

Flux RSS

Comment on fait les bébés ? #2

21 mai 2014 

Durant ses douze travaux, Hercule a-t-il fait de la biologie ?
Est-il le premier spécialiste des Cnidaires (la famille des méduses et des coraux) ?
L'hydre de Lerne aurait-il pu être encore plus difficile à vaincre ?
Une nouvelle plongée chez les animaux et leur manière de faire des bébés !

Hercule et le cnidaire surprise

Une légende raconte qu'il y a très longtemps a vécu un héros. Un vrai : en Grèce, les "héros" étaient les enfants d'un humain et d'un dieu. Celui-ci était très très fort : tout bébé, il aurait même étranglé des serpents !

Plus tard, pour expier un crime qu'il a commis, il doit se racheter en se mettant au service d'un roi, Eurysthée. Et pas pour faire la vaisselle ou la plomberie, non : pour résoudre de nombreux embêtements que ce roi a tout autour de lui. Un lion à abattre, une biche à battre à la course, des juments à dompter, des écuries à nettoyer... et un hydre à tuer.

Sauf que le lion a une peau si dure que rien ne peut la percer, que la biche battrait un TGV à la course, que les juments se goinfrent de viande humaine, que les écuries n'ont pas vu d'eau depuis des décennies... et que l'hydre en question n'est pas une gentille cousine des méduses mais un monstre à plusieurs têtes, qui repoussent lorsqu'on les tranche.

L'hydre de Lerne, par Gustave Moreau

Hercule et l'hydre de Lerne. Gustave Moreau, 1876

Laissons derrière nous les douze travaux d'Hercule pour découvrir les gentilles cousines des méduses que sont les hydres. Ce sont de petites bêtes : les plus grandes mesurent moins de deux centimètres ! Ce sont aussi de grandes timides : touchez-les et elles se rétracteront jusqu'à être quasiment invisibles.

Une hydre verte (Hydra viridis, pour les intimes)

 Une autre en vidéo

 

Contrairement à la plupart de leurs cousines, les hydres ne vivent pas dans la mer mais en eau douce. Carnivores, elles chassent pour se nourrir en propulsant leurs petits harpons venimeux au-dessus du sol lorsque passe une proie. Rassurez-vous, vous n'en faites pas partie : elles préfèrent se gaver de minuscules animaux comme les daphnies (5mm maximum !) ou les paramécies.

 

Une paramécie (Paramecium caudatum). Auteur : Doc. RNDr. Josef Reischig, CSc - Wikipedia

 

Une daphnie. Auteur : Mike Krüger - Wikipedia

 

Pour chasser, pas de fusil, de collet ou d'hameçon. Tout se fait à la force des bras, ou plutôt des tentacules. Elles les étirent au-dessus de leur corps, puis immobilisent leur proie grâce aux petits harpons qui recouvrent ces tentacules. Les mêmes que ceux des méduses !

 Une hydre gourmande et son repas

Une journée hydresque

 

D'accord. Mais quel est le rapport entre l'hydre de Lerne et l'hydre d'eau douce ?

Lorsque Hercule tranche une tête de son hydre, elle repousse. Pour l'hydre d'eau douce, c'est encore plus fort : tranchez-lui un morceau de corps, il repousse sur l'hydre initiale et une nouvelle hydre repousse sur le morceau coupé !

Plus fou encore : coupez-la horizontalement, verticalement, plusieurs fois éventuellement : en quelques jours à peine, tout aura repoussé. Même une nouvelle tête !

Les hydres sont aussi capables de se reproduire toute seules, en bourgeonnant. Comme les coraux, par exemple. Cela se passe plutôt lorsque tout va bien pour elles : il fait beau et le frigo est plein (ou plutôt : la nourriture est abondante). La maman hydre va ainsi bourgeonner d'un petit bébé qui va grandir, puis s'en aller vivre sa vie. C'est d'ailleurs comme cela qu'elles se reproduisent généralement.

Lorsque en revanche la belle saison se termine, les polypes peuvent se reproduire de manière croisée : chez certaines espèces, il y a des mâles et des femelles ; chez d'autres, tout le monde est les deux à la fois (on dit aussi « hermaphrodite »). L'histoire ne dit pas ce qu'était l'hydre de Lerne.

Mais surtout, certains chercheurs pensent que les hydres seraient capables de ne pas subir les affres de l'âge. Les cellules des êtres vivants ont une durée de vie limitée : d'ailleurs, nous les renouvelons régulièrement. Vous n'avez pas les mêmes cellules que lorsque vous étiez petit. Or, celles des hydres seraient capables de ne pas vieillir ! Décidément, le pauvre Hercule aurait eu bien du mal à vaincre une hydre d'eau douce géante...

 

Dans la légende, Hercule tue l'hydre de Lerne en tranchant une par une chacune de ses têtes. Mais, pour qu'elles ne repoussent pas, il cicatrise immédiatement la plaie en passant une grande flamme sur le cou de l'animal. La tête du milieu est immortelle, et il est obligé de l'enterrer pour qu'elle ne puisse plus nuire.

S'il s'était agi d'un vrai hydre, il aurait simplement fallu le sortir de l'eau !

 

Marie Fisler

 

 

 

sciences de la vie - animaux - reproduction - mer

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up