Vous êtes ici

Flux RSS

Comment on fait les bébés ? #4

04 juin 2014 

Quel est le point commun entre Gaston Lagaffe et une ruche ?
La parthénogenèse, comment ça marche ?
Chez les animaux, les mâles sont-ils toujours XY comme chez les mammifères ?
Une nouvelle plongée dans le petit monde de la parthénogenèse. En route !

L'haploïdie, ça peut faire mâle...

Une moitié de chromosomes ?

La semaine dernière, nous vous parlions d'espèces étranges, capables de se reproduire toutes seules par parthénogenèse. C'est à dire exactement comme lors de la reproduction sexuée, à deux, mais toutes seules.

 

Comment est-ce possible ? Lors de la reproduction sexuée, les gamètes (cellules reproductrices) des deux parents se mélangent pour donner la première cellule du petit. D'ailleurs, les gamètes sont des cellules spéciales : en gros, elles ne contiennent chacune que la moitié des chromosomes des deux parents. Comme ça, hop : les deux moitiés se rencontrent, et donnent une cellule complète.

Or, si notre cellule est privée de la moitié de ses chromosomes, comment peut-elle donner naissance à un bébé ? En un mot, comment la parthénogenèse est-elle possible ?

 

En fait, la parthénogenèse est possible de plusieurs manières différentes :

  • Soit la cellule maternelle ne garde que la moitié de ses chromosomes (on dit qu'elle est haploïde), et le bébé n'a que la moitié des chromosomes de sa maman (lui aussi est haploïde). C'est aussi étrange que possible;

  • Soit, d'une manière ou d'une autre, elle double ce nombre pour revenir au nombre de chromosomes de la maman. C'est un peu moins étrange, mais plus difficile !

 

Et si nous commencions par le cas le plus étrange, mais le plus simple ?

Il existe des animaux chez lesquels tout le monde n'a pas le même nombre de chromosomes. Certains les portent comme les chaussures : par paires. Et d'autres les ont comme les bonnets (ou les chaussures de Gaston Lagaffe) : tout seuls.

Aucune chaussure, en revanche, cela paraît compliqué. Pour ne pas dire impossible.

 

Mais quels animaux peuvent-ils bien avoir des chromosomes « Gaston Lagaffe » ? À quoi ressemblent-ils ? Vivent-ils au fond des océans, sous les glaces polaires, dans l'estomac des méduses chanteuses de Papouasie ?

Malgré sa forme de micro, ceci n'est pas une méduse chanteuse de Papouasie. Auteur : Mgmoscatello - Wikipedia

Hé bien non. Cher lecteur, si vous avez visité notre Muséum entre 2010 et 2013, vous avez sans doute vu une petite bête haploïde voleter et sortir pour butiner.

Une abeille domestique. Image : Wolfgang Hägele

Car les mâles des abeilles, mais aussi ceux des fourmis, des guêpes, des bourdons et de nombreux cousins de ces insectes (les hyménoptères) ne possèdent que la moitié des chromosomes des femelles ou des individus neutres (ni mâles ni femelles).

Un petit groupe de fourmis. Image : Mishraphotographer - Wikipedia

D'ailleurs, chez les hyménoptères, c'est comme cela que l'on fait un mâle ! Pas de chromosome X, Y, Z ou ØƢΨ dans cette famille !

 

C'est également le cas de quelques autres animaux, parmi lesquels les scolytes, des cousins des scarabées et des lucioles, ou de certains acariens, les Tetranychidae.

Un scolyte (source : Wikipedia)

 

Un Tetranychidae (auteur : Ante Perkovic - Wikipedia)

 

 

 

Chez ces drôles de petites bêtes, lorsque l’œuf est fécondé par un mâle, les chromosomes vont par paires et donnent une femelle ou un individu neutre. En revanche, lorsque l’œuf n'est pas fécondé, les chromosomes sont tout seuls et c'est un mâle qui va naître.

Lorsque le mâle aura lui-même des bébés, alors ses gamètes auront exactement le même nombre de chromosomes que lui. Chez nous, les gamètes des hommes n'ont que la moitié de leurs chromosomes. Oui, mais les mâles des abeilles n'ont déjà pas de paires de chromosomes. Alors, si on leur en retire encore la moitié, il ne restera à force plus rien !

Et puisque l'on parle des abeilles domestiques (celles qui donnent le miel), comment se forment les ouvrières ?

Femelles et ouvrières ont toutes les deux des chromosomes par paires. Mais les femelles peuvent avoir des bébés, et pas les ouvrières. Et il n'y a, rappelons-le, pas de chromosomes spécifiques pour décider du sexe du bébé abeille !

En fait, c'est la nourriture du bébé qui change tout. Les ouvrières sont capables de produire de la « gelée royale ». Elles vont en nourrir tous les bébés abeilles durant les trois premiers jours de leur existence. Mais après, seuls certains bébés auront le droit de continuer à en manger. Et ceux-là deviendront des femelles ! Les autres seront nourris avec des aliments à base de pollen. Et ils deviendront des ouvrières...

Des abeilles en plein travail. Auteur : Björn Appel, Username Warden - Wikipedia

 

Chez certaines espèces, donc, la parthénogenèse permet d'obtenir des mâles. Et les mâles sont alors à la fois des individus capables de se reproduire mais pas de porter les bébés, et des « Gaston Lagaffe », qui n'ont pas leurs chromosomes par paires.

 

Oui, mais comment la parthénogenèse fonctionne-t-elle alors pour les autres espèces ?

La suite au prochain épisode !

 

 

abeilles - sciences de la vie - parthénogenèse - male - animaux - reproduction

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up