Vous êtes ici

Flux RSS

Comment on fait les bébés ? #6

18 juin 2014 

Est-ce que tous les bébés nés par parthénogenèse ont leurs chromosomes solitaires ?
Certains peuvent-ils les avoir par paires, comme lors d'une fécondation ?
Comment feraient-ils ?

Une nouvelle aventure dans le monde de la parthénogenèse !

Doublé par sa moitié !

Il y a deux semaines déjà, nous vous parlions des petites abeilles. Des mâles, surtout ! Car ces messieurs naissaient d'un œuf non-fécondé et n'avaient donc pas de papa. Ils avaient aussi moitié moins de chromosomes que leurs sœurs et que leur maman, puisque leurs chromosomes n'allaient pas par paires comme elles mais restaient tout seuls. C'est d'ailleurs cela qui, chez les abeilles donne un mâle.

Oui, mais tous les animaux nés sans papa doivent-ils n'avoir que des chromosomes solitaires ? Aucun ne peut-il avoir de paires de chromosomes ?

Bien-sûr que si. En route, nous partons comprendre comment ça marche !

Retrouver son double sans fécondation !

En fait, la plupart des bébés nés d'une maman non-fécondée ont des cellules aux chromosomes allant par paires. Pourtant, comme nous l'avons vu la semaine dernière, une cellule non-fécondée n'a pas ses chromosomes par paires ! Comment se dédoublent-ils ?

Cela peut arriver de plusieurs manières. La « fusion polaire », par exemple...

Rien à voir avec ceci. Image : H. Raab - http://solarsystem.nasa.gov/scitech/display.cfm?ST_ID=285

Fusion polaire

Le gamète peut parfois fusionner avec sa « cellule-sœur ». Lors de la méiose (voir l'article de la semaine dernière, vous n'y couperez pas !), une cellule « normale » donne quatre gamètes. Or, ces gamètes n'ont pas le même destin. Chez le mâle, ça donne quatre spermatozoïdes. Mais, chez la femelle, seul une seule des cellules issue de cette division un peu étrange donne une cellule reproductrice, ou ovule. Les autres dégénèrent et deviennent des « globules polaires », des cellules qui ressemblent à un gamète mais qui ne peuvent pas se reproduire.

La formation des globules polaires

Parfois, l'ovule va fusionner avec un globule polaire. Un globule polaire est une cellule aux chromosomes « solitaires ». Tout comme les gamètes. Ainsi, lorsqu'un gamète et un globule polaire fusionnent, les chromosomes solitaires retrouvent leur alter ego et la cellule redevient une cellule aux chromosomes pairs.

 Ce n'est pas la forme la plus courante, mais cela arrive !

Une histoire d'amour fusionnel entre un gamète et un globule polaire !

Division et fusion

Parfois, le gamète peut commencer à se répliquer. Cela se passe exactement comme lors de la mitose (Devinez quoi...). Après division, il y a donc deux cellules identiques, toutes deux ayant des chromosomes solitaires. Ces deux cellules fusionnent alors. Les chromosomes solitaires retrouvent ainsi leur double, les paires se forment, et on a de nouveau une cellule aux chromosomes allant par paires.

Là non-plus, ce n'est pas ce qui se passe le plus souvent.



Ne nous divisons pas !

Mais la plupart du temps, tout se passe avant la méiose. Rappelez-vous : cette division est très spéciale. D'abord, les chromosomes se dupliquent, un peu comme lors d'une mitose. Les cellules issues de cette première division portent autant de chromosomes qu'avant la division, mais ils ne sont pas tout à fait répartis pareil. D'une cellule « Madeleine et Émile », on obtient par exemple une cellule double-Madeleine et une cellule double-Émile, ou une cellule double-« Madel-ile » et une double-« Ém-eine », etc.

Puis arrive la seconde étape de la méiose. Les cellules ainsi créées se divisent à leur tour pour former les fameux gamètes, aux chromosomes solitaires.

Et c'est là que cela nous intéresse. Car, en général, lors de la parthénogenèse, cette étape n'existe pas. Les cellules ne se divisent qu'une fois, et pas deux pour former les gamètes. Ainsi, elles conservent leurs paires de chromosomes !

Si la parthénogenèse se déclenche, ces cellules commenceront donc à donner un bébé.

Oui, mais... Ce bébé sera-t-il un clone de la maman ? Sera-t-il un mâle ou une femelle ?

La suite (et la fin) la semaine prochaine !

 

Marie Fisler

 

sciences de la vie - reproduction - abeilles

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up