Vous êtes ici

Flux RSS

Des yeux et des pigeons

19 juin 2013 

« A force de taper des textos, tes doigts vont se transformer et tes enfants auront des mains difformes ! ». Loin de chercher à décrédibiliser des géniteurs soucieux de diversifier les loisirs de leur progéniture, le Muséum du Havre tient toutefois à clarifier ce que sont l’évolution ou la sélection naturelle.

Doit-on craindre de se transformer en utilisant sans cesse tel ou tel outil ? Peut-on, à l’inverse, redouter (ou parfois, comme pour nos dents de sagesse, souhaiter !) perdre l’usage d’organes dont on ne se sert plus depuis des millénaires ?

Pour comprendre cela, penchons-nous sur un principe au nom étrange : la sélection naturelle !

Episode 1 : Des yeux et des pigeons

La sélection naturelle explique le lien entre un organe et la fonction qu’il remplit. La question n’est pas nouvelle : Pourquoi a-t’on des yeux ? A-t’on des yeux pour voir ou voit-on parce-que l’on a des yeux ?

Darwin et Wallace ont, dans les années 1855, découvert indépendamment et au même moment la cause de ce phénomène. Tous deux savent que le vivant évolue, et savent aussi qu’il évolue dans toutes les directions. L’évolution ne va pas vers le plus complexe, et ne donne pas à des êtres vivants des organes nouveaux apparaissant spontanément.

Alors, comment expliquer les yeux ?

La sélection naturelle s’inspire de la sélection artificielle, celle que pratiquent les éleveurs. Darwin élevait d’ailleurs, lui aussi, des pigeons de différentes variétés. Ce que nous appelons « évolution » est une suite de toutes petites mutations naturelles et invisibles, qui surviennent à chaque génération. Un individu ne ressemble jamais tout à fait à ses parents. Mais, sur de nombreuses générations, ces mutations commencent à se faire remarquer : certains pigeons ont les plumes des pattes un petit peu plus longues que les autres, d’autres un gris un peu plus clair ; d’autres enfin ont les plumes du cou un peu plus ébouriffées. Tout l’art de l’éleveur est de voir ces petites variations, et de les sélectionner. Pour obtenir un pigeon à longues plumes autour des pattes, il faudra, durant des dizaines de générations, faire se reproduire ensemble les pigeons ayant les plus longues plumes aux pattes. Pour obtenir un pigeon très clair, il faudra marier les pigeons aux plumages les plus clairs. Ce n’est pas pour autant que l’éleveur tue les autres pigeons, ou que ceux-ci disparaissent d’eux-mêmes. Souvent, un élevage perpétuera au contraire plusieurs variétés différentes de pigeons.

Mais quel est le lien avec les yeux ?

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour l'épisode 2 : Des chats au pôle Nord.

Texte : Marie Fisler

adaptation - sélection naturelle - évolution - Muséum du Havre

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up