Vous êtes ici

Flux RSS

"En-chantier" de travailler sur les collections ;)

14 décembre 2017 

Dans ce nouvel épisode, outre le fait de découvrir que l'équipe du chantier adore les jeux de mots, vous saurez tout, tout, tout sur ce qu'est, vraiment, un chantier des collections... Bonne lecture !

Un chantier des collections

"Chantier", "collections", ça d'accord, on connaît, mais en quoi cela consiste réellement ? Pour faire simple, il s’agit d’une chaîne d'opérations sur les objets conservés au sein d'institution patrimoniale, le plus souvent à l'occasion d'un événement exceptionnel.

On vous en dit plus...

Que prendre en compte ?

Deux points majeurs doivent être pris en compte pour un tel chantier : le contexte et l'usage des collections.

Pour le contexte, cela peut être à l'occasion de travaux sur le bâtiment abritant celles-ci, comme par exemple le chantier de 2015 au Musée d'Histoire naturelle de Lille. Lors de ce chantier, les fenêtres de la façade ont été changées et il a donc fallu vider les réserves à cette occasion (cela aurait fait négligé sinon…).

Au Havre, c'est la volonté de libérer les locaux du fort de Tourneville pour le CEM (une bien belle école de musique installée au Fort!) et l’opportunité d’investir de nouvelles réserves (nous y reviendrons dans un prochain article...) pour le Muséum. L'enjeu est également de rassembler les fonds et de donner une cohérence aux ensembles présents (en ce moment, un meuble de rangement peut avoir jusqu'à trois domaines en son sein).

L'usage des collections est quelque chose que l'on ne peut pas non plus négliger. Prenons l’exemple du Muséum national d’Histoire naturelle (Paris) : ses collections d'ichtyologie (la science des poissons - oui, oui, ça existe !) reçoivent des chercheurs tous les jours de l’année, il faut donc que les centaines de milliers de spécimens soient accessibles et bien inventoriés. Actuellement, le chantier au Muséum d'Histoire naturelle du Havre porte sur la pédagothèque. L'usage de ses collections impliquera des manipulations répétées, la conception de mallettes pédagogiques et des réserves très fréquentées.

Les différentes étapes

Le fonds pédagothèque, issu du tri des collections du musée avant leur patrimonialisation, est partagé entre plusieurs domaines : Archéologie, Ostéologie (les os), Zoologie, Pétrologie (les roches), Minéralogie, Paléontologie (les fossiles) et Botanique (les plantes).

Les objets sont passés entre les mains de plusieurs personnes qui ont travaillé avec une logique différente. Comme il l’a déjà été précisé dans l’article précédent, il s’agit donc d’harmoniser leur traitement. Aucun de ces objets n'est "adressé" (c’est-à-dire localisé précisément, ce qui n'est pas négligeable pour un ensemble de 40 000 lots). Lors du précédent billet, nous vous avons annoncé que le fonds d'archéologie était terminé. C'est maintenant le cas pour l'ostéologie et nous sommes en train de nous occuper de l'ensemble de la paléontologie.

Chaque objet (ou lot) est soumis à la même procédure - nous reprenons en images, les étapes dont nous vous avions parlé précédemment :

1000750Un dépoussiérage à l'aide d'un aspirateur (très) spécifiqueUn dépoussiérage à l'aide d'un aspirateur (très) spécifiqueAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition_portrait/public/multimedia/6._aspiration_et_mise_en_sachet.jpg?itok=0yRCHwXJ
10001333Un contrôle des informations présentes avec ou sur l'objet et sur l'inventaire, ou une identification sommaire (exemple : un bélemnite, une vertèbre, un grattoir néolithique)Un contrôle des informations présentes avec ou sur l'objet et sur l'inventaire, ou une...Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/3._releve_des_donnees.jpg
10001333Le marquage du numéro d'inventaire imprimé sur une bande adhésive Le marquage du numéro d'inventaire imprimé sur une bande adhésive Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/5inventaire.jpg
10001777Une prise de vue avec toutes les informations et le numéro d'inventaireUne prise de vue avec toutes les informations et le numéro d'inventaireAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/inventaire.jpg
10001333La mise en sachet (mini-grip (c)) de l'ensemble (pour garder la cohérence de l'objet ou du lot, et limiter son empoussièrement) et la mise en bac. Ici, ce sont des vertèbres de girafe.La mise en sachet (mini-grip (c)) de l'ensemble (pour garder la cohérence de l'objet ou du lot, et...Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/img_1052_0.jpg

En parallèle de cette chaîne, d'autres opérations ont lieu comme :

1000563Démonter les racks à bacs (ce sont les modules de rangements avec des glissières pour y mettre des bacs standards) et les remonter aux bonnes dimensions dans les nouveaux espaces (le premier étage)Démonter les racks à bacs (ce sont les modules de rangements avec des glissières pour y mettre...Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition_portrait/public/multimedia/20171127_145758.jpg?itok=2XickV97
7501000Capitonner les bacs, c'est-à-dire mettre une couche de mousse fine afin d'absorber les chocs et protéger les collections lorsque l'on bouge un bacCapitonner les bacs, c'est-à-dire mettre une couche de mousse fine afin d'absorber les chocs et...Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/2._capitonnage.jpg
6541103Peser les bacs afin qu’ils ne pèsent que 7kg maximum (et donc manipulables facilement par une personne seule et ne déformant pas le fond de la caisse). Entre 7 et 12kg : ils sont posés directement sur les plateaux du bas des racks (résistant à 50kg), plus de 12kg : ils vont en palette (on fait attention aux collègues !)Peser les bacs afin qu’ils ne pèsent que 7kg maximum (et donc manipulables facilement par une...Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/pese.jpg

Ajoutons encore :

  • mettre un couvercle (pour éviter que la poussière ne vienne sur les collections) ou le changer pour qu'il soit le plus fin possible (afin de mettre un maximum de bac dans le rack),

  • apporter les bacs terminés dans la bonne salle et au bon emplacement (sinon c’est perdu !),

  • disposer les glissières au fur et à mesure de la mise en place des bacs,

  • apporter les déchets du chantier en déchetterie en faisant le tri au maximum,

  • nettoyer le chantier quotidiennement (balai et serpillière),

  • dresser un adressage précis des caisses où apparaissent le bâtiment, l’étage, la salle, le module de rangement et le bac,

  • faire un plan affiché dans les salles.

L'ensemble de l'équipe y est quotidiennement, avec un rythme variable (on ne traite pas un bloc de silex, un squelette ou des graines de la même manière) de 110 objets et 15 caisses en moyenne.

Légende : le fonds d'ostéologie rangé !

Voilà, maintenant vous savez tout sur le chantier des collections de la pédagothèque du Muséum d'histoire naturelle !

À bientôt, pour de nouvelles aventures...


Rédaction : Hugo Bordet, crédit du (fameux) titre : Michel Goldbaum

Crédits photos : Hugo Bordet, Léo Frézel, Guillaume Mallard, Antoine Vittrant.

Chantier des collections - Pédagothèque

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up