Vous êtes ici

Flux RSS

Espèce de planqué #4

09 avril 2014 

Si ça ressemble à une guêpe, est-ce que c'est toujours une guêpe ?
Des insectes peuvent-ils jouer à nous faire peur ?
Un papillon peut-il nous tromper ?
Partez à la découverte d'insectes plutôt facétieux !

Une drôle de guêpe ?

Le printemps est de retour. Avec ce grand soleil reviennent les petites bêtes : abeilles, mouches, bourdons et autres papillons.

Mais l'une d'entre elles est une drôle d'imitatrice. On l'appelle le Syrphe ceinturé. Ou Episyrphus balteatus pour les intimes. On peut facilement la voir dans les jardins, sur les haies ou même en pleine ville, non-loin d'une fleur.

10001239Ceci n'est pas une guêpe...Mais un syrphe !Ceci n'est pas une guêpe...Mais un syrphe !Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/episyrphus_balteatus_male.jpg
6871024Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/episyrphus_balteatus_2.jpg
10241267Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/episyrphus_balteatus_3.jpg?itok=caF-BOoQ

Lorsque cette petite bête, au vol extrêmement rapide, s'approche de nous, nul n'ose la chasser à coups de serviette ou de poings. Et pour cause : son corps noir rayé de jaune éveille dans notre cerveau un signal de danger. Noir et jaune en anneaux sur le corps, cela signifie guêpe, bourdon, abeille, frelon... Et surtout piqûres extrêmement douloureuses. En bref, danger.

Et pourtant, le Syrphe est... une mouche ! Cet insecte ne pique pas, ne mord pas et ne pince pas. Il est absolument inoffensif. C'est sa couleur et ses rayures qui la font passer pour ce qu'elle n'est pas : un animal dangereux.

 

On appelle ce type de mimétisme le "mimétisme batésien". Si, dans une espèce naît un petit qui, par hasard, ressemble un peu plus que les autres à une espèce toxique des environs, il y a de fortes chances qu'il se fasse moins facilement manger que ses copains. Tant que c'est possible, les prédateurs n'aiment pas prendre de risques. Or, ce petit va grandir, et peut-être un jour avoir lui-même des bébés. Si ce qui le fait ressembler à un animal toxique est transmissible par les gènes, alors ses bébés l'auront certainement aussi. Or, notre animal ayant plus de bébés que les autres (puisqu'il vit plus longtemps, puisque personne ne le mange), alors il y aura à la génération suivante un peu plus d'individus avec cette caractéristique qui les fait ressembler un peu à une espèce toxique.

Or, au fil des générations, parmi les descendants de cet individu certains ressembleront encore plus à un animal toxique. Et se feront encore moins manger que les autres. Et auront plus d'enfants. Qui ressembleront eux aussi à une espèce toxique. Etc...

 

Chez nous, les hyménoptères (guêpes, abeilles, bordons, frelons...) sont peut-être les animaux toxiques que l'on reconnaît le plus facilement. Même de loin, il n'est pas nécessaire d'avoir avec soi une liste de clés de détermination complexes pour savoir que ces animaux piquent si on les embête. Ils ont d'ailleurs assez peu de prédateurs.

Mais ils ont en revanche beaucoup d'imitateurs. Des cousines des syrphes ceinturés, les volucelles, ressemblent à s'y méprendre à différents hyménoptères. Par exemple, Volucella inanis ressemble à un frelon. Tout comme Volucella zonaria, sa cousine. Celle-ci est d'ailleurs doublement impressionnante : elle mesure en effet deux centimètres de long, ce qui est très grand pour une mouche mais très commun pour le frelon européen !

535713Volucella inanisVolucella inanisAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/volucella_inanis.jpg
698960Et une autreEt une autreAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/volucella_inanis_03.jpg
801600Volucella zonariaVolucella zonariaAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/volucella_zonaria.jpg
10001128Une zonaria en gros planUne zonaria en gros planAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/volucella_zonaria_2.jpg

Une autre cousine, Vollucella pellucens, ressemble plutôt à un bourdon. Comme eux, son corps est recouvert de petits « poils ». Mais en la matière, c'est Volucella bombylans qui remporte la palme de la meilleure imitatrice de bourdon ! D'ailleurs, au sein de cette espèce, les différentes mouche ne se ressemblent pas toujours. Leur marquage et leur couleur changent suivant l'endroit où elles vivent (on parle de « sous-espèces » ou de « variétés »). Mais toutes imitent une espèce de bourdon donnée : bourdon des pierres pour certaines, bourdon à queue blanche pour d'autres, bourdon terrestre pour les dernières.

703888Vollucella pellucensVollucella pellucensAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/volucella_pellucens_2006-07-22.jpg
1000800...Une autre...Une autreAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/volucella_pellucens_uk.jpg
768838Vollucella bombylansVous aussi, vous avez cru à un bourdon ?Vollucella bombylansVous aussi, vous avez cru à un bourdon ?Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/volucella_bombylans_back.jpg

Et nous ne sommes pas les seuls à nous laisser piéger par ces petites bêtes : les femelles de ces innocentes mouches parviennent à pondre leurs œufs dans des nids de frelons ou de guêpes ! Elles imitent pour cela les hormones (sortes d' « odeurs » servant aux insectes à communiquer ou à se reconnaître) des hyménoptères chez lesquelles elles vont pondre. Leurs larves se nourrissent des cadavres et des restes des guêpes ou des frelons chez lesquels elles grandissent : on dit qu'elles sont détritiphages.

 

Nous pourrions encore donner plein d'exemples de Syrphidae (la famille de nos mouches) mimétiques d'hyménoptères (la famille des guêpes et des frelons). Mais pourquoi ne pas nous éloigner un peu d'elles pour découvrir d'autres insectes européens faisant cela ?

La Lepture tachetée, par exemple ! Ce paisible coléoptère fait partie d'une famille au nom barbare : les Cerambycidae. Ou Capricornes (ou même longicornes) pour les intimes. Ces insectes fins aux très longues antennes ont les ailes recouvertes d'une paroi très dure : les élytres. Ce sont des cousins des coccinelles et des scarabées.

On trouve parfois des capricornes sur les carottes sauvages ou sur les troncs des arbres. Mais certains, comme la Lepture tachetée, ressemblent eux aussi à des hyménoptères. Voyez plutôt !

10001000Une Lepture tachetéeUne Lepture tachetéeAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition_portrait/public/multimedia/lepture_tachetee_02_0.jpg?itok=7BQ-Iogj
600800Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/lepture_tachetee_.jpg

Mais le record est sans doute détenu par un petit papillon, la Sésie Apiforme (ou Sésia apiformis pour les latinistes). On les trouve un peu partout en France métropolitaine, mais aussi dans toute l'Europe ! « Apiforme » signifie « en forme d'abeille », et il faut reconnaître que ce nom lui va parfaitement !

7681024Ceci n'est pas un frelon......Mais un papillon !Ceci n'est pas un frelon......Mais un papillon !Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/sesie_1.jpg
6811024Une autre sésieUne autre sésieAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/sesie_2.jpg
1000953...Et encore une...Et encore uneAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition_portrait/public/multimedia/sesie_3.jpg?itok=xiTbnMyo

Ce petit papillon a le corps de la même couleur que celui d'un hyménoptère. Mais aussi de la même forme ! Bien plus, ses ailes sont transparentes. Et il imite jusqu'au vol des hyménoptères !

Auriez-vous pu croire un jour être trompé par un papillon ou une mouche ? Et pourtant...

 

Marie Fisler

 

Pour en savoir plus :

 Sur la Sésie apiforme

 Des photos saisissantes

 Sur la Lepture tachetée

 Sur sa famille

 Sur les Syrphidés

 Sur le mimétisme batésien

 Sur le mimétisme chez les insectes

 

Les articles précédents :

Espèce de planqué !

#1 : Pour vivre heureux, vivons cachés !

#2 : Aux autres la fierté, le tout est d'être caché !

#3 : Aux autres la fierté... (Suite et fin)

T'as de beaux yeux, tu sais ?

#1 : Des cerfs, des paons et de la bogossitude

#2 : Les phalaropes, de drôles d'oiseaux ?

#3 : Soirée karaoké chez les bébêtes

#4 : Du karaoké au dancefloor

Histoires d'interactions : L'enfer, c'est (pas toujours) les autres

#4 : Solanopteris brunei, la fougère et ses fourmis

#3 : Les Ophrys. Quand des orchidées séduisent des abeilles

#2 : Les mitochondries, des copines au coeur de nos cellules

#1 : Elysia chlorotica, une limace très brillante

sciences de la vie - mimétisme - abeilles

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up