Vous êtes ici

Flux RSS

Histoires d’interactions #2 : Les mitochondries

22 janvier 2014 

La coopération entre les espèces existe-t-elle depuis longtemps ?
Des cellules peuvent-elles s'entraider ?
Comment nos muscles trouvent-ils leur énergie ?
Petite plongée au cœur des cellules avec ce nouvel article !

600800Quel est le point commun...Entre une morille,Quel est le point commun...Entre une morille,Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/morilles.jpg
600517Quel est le point commun...Un chat,Quel est le point commun...Un chat,Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/chat.jpg
600800Quel est le point commun...Une méduse,Quel est le point commun...Une méduse,Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/diplulmaris_antarctica.jpg
600450Quel est le point commun...Un yucca,Quel est le point commun...Un yucca,Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/yucca_aloifolia.jpg
152236Quel est le point commun...et une paramécie ? Quel est le point commun...et une paramécie ? Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/paramecium.jpg

Mitochondries : une vie de pacha dans la cellule

Histoires d'interactions : L'enfer, c'est (pas toujours) les autres

Quel est le point commun entre votre yucca, une paramécie (petit être vivant unicellulaire), la morille de la sauce de votre filet mignon, votre chat, vous et une méduse ? Facile : vos cellules.

Nos cellules sont en effet très particulières. Déjà, leur ADN* se trouve enfermé dans un noyau. Ce n'est par exemple pas le cas des bactéries. Mais aussi (entre autres), elles possèdent de petits organites* bien étranges : les mitochondries.

 

5911000Une cellule d'Eucaryote (yucca, méduse, paramécie, chat, morille, belle-mère...)En 2) : Le noyau avec notre ADN. En 9) : quelques mitochondries !Une cellule d'Eucaryote (yucca,...En 2) : Le noyau avec notre ADN. En 9) : quelques mitochondries !Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/biological_cell.jpg

Une mitochondrie ressemble à un petit bâtonnet, ou à une petite sphère suivant le moment et les cas. Elle mesure entre un-demi millième de millimètre et un centième de millimètre.

C'est petit. Si une petite souris (8cm) mesurait la taille de la tour Eiffel (324m), la plus petite de ses mitochondries serait plus petite que la largeur d'un ongle du petit doigt (4mm), et la plus grande mesurerait à peine la taille de ce petit doigt (4cm) ! A titre de comparaison, le moindre de ses poils serait épais comme la longueur de votre main (16cm).

Mais, vous le voyez, les grosses mitochondries sont beaucoup, beaucoup plus grandes que les petites. Pourquoi cette différence de taille ? Parce-qu'elles passent leur temps à grossir, puis à se scinder en deux. Parfois même à fusionner entre elles ! Certaines cellules peuvent en contenir plusieurs milliers (les cellules cardiaques par exemple), d'autres presque pas. En fait, les mitochondries sont des acteurs essentiels de la production d'énergie dans les cellules. Ce sont elles qui transforment les nutriments que l'on mange en énergie. Aussi, c'est dans les muscles et dans les cellules qui consomment beaucoup d'énergie qu'on les trouve le plus.

314433Une mitochondrie(en rouge)Une mitochondrie(en rouge)Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/mitochondria.jpg

Tout cela est bien joli, me direz-vous. Mais qu'ont-elles donc de particulier ? D'autres organites sont tout aussi utiles et intéressants !

Mais la mitochondrie est vraiment particulière. Contrairement à d'autres parties de la cellule, elle a... son propre ADN ! En fait, au cœur de chacune de nos cellules, nous avons deux ADN différents : le notre, et celui de nos mitochondries. En plus, tous les deux sont extrêmement différents : ce n'est pas comme s'il s'agissait de deux copies un peu divergentes de notre propre ADN. En fait, notre ADN a plus de points communs avec celui d'une méduse qu'avec celui de nos propres mitochondries.

Cela est du à leur histoire. Pour la comprendre, il faut remonter le temps. De plusieurs millions, de plusieurs milliards d'années. Deux milliards d'années exactement. Les êtres vivants étaient tous composés d'une seule cellule, mais étaient très diversifiés. Certains par exemple avaient leur ADN renfermé dans un noyau, d'autres avaient certaines capacités, etc. Il y avait des bactéries, des archées, des eucaryotes...

 

599397Remontons le temps...Remontons le temps...Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/remonter_le_temps.jpg

Mais un beau jour, une cellule à l'ADN contenu dans le noyau, un eucaryote, « avala » une bactérie qui passait par là. Ce n'était certainement ni la première, ni la dernière fois. Mais là, la petite bactérie survécut. Mieux : elle se trouva à son aise à l'intérieur de sa cellule hôte et commença à s'y reproduire.

Nos mitochondries actuelles sont les arrière-arrière-arrière (…) arrière petites filles de cette cellule avalée tout rond. Mais son histoire ne s'arrête par là : en effet, nos cellules (les descendantes de cette eucaryote gloutonne) et celles de la petite mitochondrie sont devenues absolument indispensables l'une à l'autre ! Sans cellule-hôte, impossible pour la petite mitochondrie de vivre. Sans mitochondrie, point de cellule eucaryote.

Dans l'article précédent, nous parlions des différentes façons dont les espèces interagissent. Ici, chacune des deux entités a un effet très positif sur l'autre : c'est ici encore de la symbiose !

 

ADN : immense molécule que portent tous les êtres vivants. L'ADN est composé de plusieurs milliards de petites unités (ou nucléotides). Il en existe quatre types : A, C, G et T. La succession de ces nucléotides forme les gènes, qui sont à l'origine des caractéristiques des êtres vivants.

Organite : sorte de "petit organe" de la cellule. Chez les Eucaryotes (plantes, champignons, animaux, algues brunes, paramécies...), chaque cellule a de nombreux organites. L'un d'entre eux par exemple contient l'ADN de la cellule : c'est le noyau. Un autre organite, le protéasome, recycle le contenu de la cellule. Un troisième, l'appareil de Golgi, participe à la fabrication des protéines. Les végétaux ont aussi des chloroplastes, qui assurent la photosynthèse. Bref, chaque cellule est une petite usine pleine d'organites au travail !


Marie Fisler

 

Les épisodes précédents :

Histoires d'interactions : L'enfer, c'est (pas toujours) les autres

#1 : Elysia chlorotica, une limace très brillante

sciences de la vie - cellules - mitochondries - interactions - génétique

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up