Vous êtes ici

Flux RSS

Histoires d’interactions #4 : Solanopteris brunei

05 février 2014 

Des animaux et des plantes peuvent-ils s'entraider ?
Des fourmis peuvent-elles vivre dans des fougères sans les abimer ?
Un article exclusif sur une plante encore méconnue... Bonne découverte !

Solanopteris, une fougère pas comme les autres

Histoires d'interactions : L'enfer, c'est (pas toujours) les autres

Dans les forêts tropicales d'Amérique du Sud, on trouve des milliers d'espèces de plantes, de champignons ou d'animaux. Mais l'une d'entre elles est vraiment surprenante...

Il s'agit d'une petite fougère vivant sur le haut des immenses arbres de la forêt, la Canopée. Et cette fougère est très amie avec une tout autre espèce : une fourmi...

 

Solanopteris, la petite fougère, est très particulière : ses rhizomes ne sont pas comme ceux des autres. Les rhizomes sont des prolongements de la tige des plantes. Les asperges, le curcuma ou le gingembre, par exemple, sont des rhizomes (comestibles !). Chez les fougères, les rhizomes sont tous pareils. Sauf chez quelques unes, dont notre petite Solanopteris. Certains de ses rhizomes sont absolument énormes : imaginez une « tige » de la taille d'une tasse à café ! Les feuilles de la fougère sont d'ailleurs à peu près de la même taille : 8 centimètres pour les plus grandes ; moins de cinq pour les plus petites, celles qui ne servent pas à la reproduction. Ces feuilles sont ainsi plus petites que ces « tiges » ! On appelle ces rhizomes géants des Domatia.

Mais quel est le rapport avec les fourmis ?

1000693Solanopteris brunei...sur une planche d'herbier. Solanopteris brunei...sur une planche d'herbier. Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition_portrait/public/multimedia/solanopteris_brunei.jpg?itok=k0dRP2p3

Cette fougère n'est pas encore très connue et les images libres de droits sont malheureusement rares. Mais vous pouvez admirer cette belle plante sur les liens suivants !

Le premier paragraphe de cette page

Ou ici (texte en italien)

Ici ; ou encore là

 

Sur la canopée, les prix de l'immobilier flambent pour ceux qui y vivent. C'est le seul endroit de la forêt tropicale d'où l'on profite pleinement de la lumière du soleil et des nutriments apportés par les excréments des oiseaux et la pluie. C'est donc une place de choix, située à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol. On y trouve les espèces les plus colorées, les plus parfumées, et parfois les plus grandes : perroquets, orchidées de toutes les couleurs, paresseux, lézards, lianes, insectes... ou fougères.

Lorsque l'on est un petit insecte de la canopée, on a des centaines de prédateurs. Lorsque l'on est une fougère, c'est également le cas. Mais imaginez que, par hasard, une de ces fougères ait des racines assez épaisses et creuses pour que quelques fourmis viennent s'y abriter... Le moindre prédateur approchant se ferait aussitôt attaquer par les insectes ! Si ce caractère peut être transmis à sa descendance, les petits de cette fougère auront donc la même chose, ce qui les avantagera aussi. Et parmi elles, par sélection naturelle, celles qui auront les plus gros rhizomes abriteront le plus de fourmis, ce qui les protégera le plus contre les prédateurs, ce qui leur permettra le plus d'avoir des petits ! Et c'est ainsi que les solanopteris actuelles ont d'immenses rhizomes creux, qui abritent des dizaines et des dizaines de fourmis. Ces rhizomes sont même reliés entre eux par de petits tunnels, ce qui forme une vraie fourmilière ! Et les fourmis en question, des Azteca et des Camponotus de leur petit nom, sont particulièrement efficaces pour faire fuir les prédateurs. Même les scientifiques et les explorateurs ont eu à en souffrir !

6141024Une petite CamponotusUne petite CamponotusAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/camponotus.jpg
808921Une Aztecaet ses "mignonnes" petites mandibulesUne Aztecaet ses "mignonnes" petites mandibulesAgrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/azteca.jpg
549800Un nid d'Azteca dans un rhizome(attention, la plante ici n'est pas une Solanopteris)Un nid d'Azteca dans un rhizome(attention, la plante ici n'est pas une Solanopteris)Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/multimedia/ec_cordia1-l.jpg

La fougère apporte ainsi un abri efficace aux fourmis qui, en retour, défendent la plante contre ses goulus prédateurs. D'ailleurs, le simple fait de voir ces immenses boules noires à la base d'une fougère décourage les prédateurs potentiels, qui n'osent pas même approcher. Et c'est ainsi que l'on s'est rendu compte qu'il n'y avait pas systématiquement des fourmis dans les domatia (rhizomes) de ces fougères ! Car la dissuasion a été si efficace que, même si une solanopteris s'avère, par hasard, incapable d'héberger des fourmis, les prédateurs s'en méfient tout de même et passent leur chemin.

 

La même chose arrive d'ailleurs avec des espèces de nos contrées : si une espèce tout à fait inoffensive ressemble, par hasard, à une espèce toxique, plus personne n'ose l'attaquer ! C'est le cas d'une petite mouche, le syrphe. On la trouve souvent en été, surtout sur les carottes sauvages. Mais cette mouche a le corps plein d'anneaux noirs et jaunes. Comme les guêpes, les frelons et les abeilles ! Personne, pas même nous (lorsqu'on ne le sait pas), n'ose l'embêter. Et pourtant, cette mouche ne pique pas...

 

Marie Fisler

 

Les épisodes précédents :

 

 Histoires d'interactions : L'enfer, c'est (pas toujours) les autres

 

 #3 : Les Ophrys. Quand des orchidées séduisent des abeilles

 

 #2 : Les mitochondries, des copines au coeur de nos cellules

 

 #1 : Elysia chlorotica, une limace très brillante

 

 

 

sciences de la vie - Solanopteris - fougères - fourmis - forêt tropicale - canopée - interactions

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up