Vous êtes ici

Flux RSS

Margot, la tortue alligator

24 juin 2016 

"Rien ne sert de courir, il faut partir à point"
Suivez pas à pas le processus de montage d'une petite tortue alligator (Macrochelys temminckii).
Des bains de tannages aux préparations des ferrailles et à la pose des yeux, vous verrez en détail les différentes étapes.

Les préparatifs du montage

15002000Petit bainAprès avoir enlevé tous les éléments organiques et conservé la peau, la carapace et le crâne, nous passons le spécimen dans divers bains tannants pour rendre la peau imputrescible et la préserver des attaques d'insectes destructeurs. Petit bainAprès avoir enlevé tous les éléments organiques et conservé la peau, la carapace et le crâne,...Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/img_1873.jpg?itok=79MpjFcsPhoto : Claire Gohard
15002000Une carapace digne d'un dinosaureAfin que la peau ne sèche pas trop vite, les pattes, la queue et la tête sont rentrés à l'intérieur de la carapace pour la nuit en attendant le montage du lendemain. Une carapace digne d'un dinosaureAfin que la peau ne sèche pas trop vite, les pattes, la queue et la tête sont rentrés à...Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/img_1875.jpg?itok=l4EK63A6Photo : Claire Gohard

Petites infos sur Margot

On trouve la tortue alligator (Macrochelys temminckii) dans les cours d'eau douce d'Amérique du Nord.

Son poids peut atteindre les 100 Kg pour 80cm de long.

Elle se dissimule très bien dans la végétation aquatique grâce à sa carapace qui varie du brun au noir, recouverte d'algues.

Il lui est impossible de rentrer sa large tête en entier dans sa carapace. Mais une fois sa taille adulte atteinte, elle ne connait aucun prédateur sauf  l’homme qui l'exploite  pour sa chair destinée au marché intérieur et au commerce international.

Cette espèce est le seul reptile au monde à posséder un leurre pour appâter ses proies : une sorte de petit ver tout rose mobile sur le bout de sa langue, qui attire les poissons.

Elle consomme divers poissons, écrevisses, mollusques, petits alligators,oiseaux, mammifères, salamandres.

La tortue alligator est classée comme espèce vulnérable dans la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), depuis 1988.

Elle est également  inscrite en Annexe III de la convention de Washington, aussi nommée Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Un squelette en fils de fer

Le plastron ventral a été enlevé pour le montage. Une tige centrale est fixée dans le crâne jusqu'au bout de la queue et une féraille est placée dans chaque patte.

On finit par souder les férailles entre elles aux intersections pour bien maintenir le tout.

Un ventre robuste

15002000Etape plastronSon plastron ventral semblable à un bouclier est assemblé et replacé correctement. Etape plastronSon plastron ventral semblable à un bouclier est assemblé et replacé correctement. Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition/public/multimedia/img_1882.jpg?itok=9n17eFPCPhoto : Claire Gohard
1000750En gros planLes fins fils de fer maintiennent le deux parties du plastron ensemble. Une fois le montage terminé, on camouflera les ferrailles avec du mastic et on reteintera le tout.En gros planLes fins fils de fer maintiennent le deux parties du plastron ensemble. Une fois le montage...Agrandir l'imagehttp://www.museum-lehavre.fr/sites/default/files/styles/exposition_portrait/public/multimedia/img_1883.jpg?itok=LjCZI31QPhoto : Claire Gohard

La mousse entre en action

On reforme les pattes et le cou avec du mastic epoxy et on coule ensuite de la mousse poly uréthane dans la carapace. Celle-ci va gonfler et durcir en quelques minutes et fixera l'ensemble.

On finit par recoudre la queue puis les pattes avec du fil solide.

Margot est en position

Les aiguilles sont là pour maintenir la patte en position durant le temps de sèchage.

En effet, il faut attendre la stabilsation du cuir pour pouvoir faire les finitions.

Le regard

Dernière étape minutieuse du montage : le positionnement des petits yeux en verre.

Une fois les trois semaines de séchage passées, on travaillera le tour des yeux et on reteintera l'intégralité de sa carapace pour lui redonner ses couleurs naturelles perdues pendant les bains de tannages.

Un peu de patience...

A très bientôt pour voir Margot faire son entrée dans les collections du Muséum !

Texte et photos : Claire Gohard, taxidermiste au Muséum d'histoire naturelle du Havre.

tortue-alligator - taxidermie - naturalisation - montage - atelier - reptile - tortue

Par Yasmina JACOB le 13 Septembre 2016 à 11:49

J'ai eu la chance de découvrir quelques étapes du montage de Margot, quel boulot ! Un travail qui demande beaucoup d'attention et de minutie pour reproduire à la perfection les moindres détails...Bravo l'artiste !

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up