Vous êtes ici

Flux RSS

« T'as de beaux yeux tu sais ? » #3

26 février 2014 

Les animaux ne sont-ils sensibles qu'à la simple beauté de leurs chers et tendres ?
Peut-on séduire par son chant ?
Et le répertoire, ça compte ?
Petite escapade musicale chez plusieurs bébêtes à quatre pattes !

Soirée karaoké chez les bébêtes

Le samedi soir, certains Homo sapiens ont une bien étrange coutume. Ils se regroupent dans des lieux clos, parfois éloignés des habitations (aussi appelés « boites »), parfois, chez les plus jeunes, directement dans le domicile parental. Mais il faut pour cela que lesdits parents soient absents. Il s'agit alors d'effectuer des mouvements répétés dont le rythme s'accorde avec un ensemble de notes (ou « musique ») ambiant. À partir d'un certain âge, cela fait partie d'une parade de séduction.

 

Mais... cela n'existe pas que chez Homo sapiens. D'autres animaux draguent également grâce à leur chorégraphie soignée où à leur chant rythmé. D'ailleurs, c'est l'une des choses à laquelle servent les chants des oiseaux : délimiter leur territoire de séduction (là où on peut les trouver si l'on est sous le charme) et montrer qu'ils sont les Enrique Iglesias ou les Rihanna de leur espèce. Bref, les plus beaux. Et (puisqu'il paraît que cela va de pair), les meilleurs chanteurs.

Avec le printemps, on commence à les entendre à peu près partout. Mais l'un d'entre eux est particulièrement fort en la matière.

 

 

Il vient d'Australie, et on l'appelle l'oiseau lyre. Ce qu'aiment par-dessus tout les femelles de ces oiseaux ? Le mâle qui aura le plus grand vocabulaire. Un peu comme si nos membres de l'Académie Française devenaient un must de séduction. Et chez l'oiseau-lyre, cela se manifeste par une capacité à apprendre et à imiter un nombre impressionnant de bruits divers et insolites. Par exemple, les cris des différents animaux autour d'eux. Facile, me direz-vous, nous y arrivons nous aussi plus ou moins. Mais ces oiseaux font bien mieux : ils arrivent à imiter tout ce qu'ils entendent. Par exemple, dans les zoos, du temps des appareils photo argentiques (à pellicule), il n'était pas rare de les entendre imiter le bruit du déclencheur. Si des travaux avaient lieu à proximité, ils imitaient alors le marteau piqueur ou la tronçonneuse. Ils « travaillent » sans cesse : lors de la saison des amours, ils sont capables de chanter quatre heures par jour ! Cela n'a l'air de rien mais, là où ils vivent, les journées ne durent alors que huit heures. Séduire madame leur prend donc la moitié de leur temps disponible ! Le reste de la journée, ils doivent trouver le temps de se nourrir, de défendre leur territoire, de se reproduire... Bref, une vie de chanteur qui n'est pas de tout repos.

 

 

Petite anecdote : les oiseaux lyre font partie de la grande famille (ou plus exactement du sous-ordre) des Passeri. Tout comme les petits moineaux, les merles, les Diamants mandarins, les étourneaux, les grives, les pinsons des arbres, ou les mésanges. Mais aussi comme les pies grièches, les geais, les pies, les corbeaux et les corneilles. Les oiseaux lyre sont d'ailleurs beaucoup plus proches cousins de ces derniers que des merles mélodieux !

Une petite mise en appétit avec cet oiseau imitant certainement ses congénères de zoo, mais aussi...

 Ici, un oiseau-lyre drague en reproduisant les bruits du chantier tout proche. Vous allez voir, tout y passe !

 Et celui-là pourrait bien devenir la star de l'été 2014. Vous noterez la chorégraphie associée au chant !

 

 Lorsque l'on pense à des animaux qui chantent pour séduire, on voit en général les mammifères ou les oiseaux. Mais ils ne sont pas les seuls ! Pensez par exemple au chant des grenouilles.

On connaît généralement leur coassement sur les mares, lorsque le soir tombe sur les chaudes journées printanières. Ce chant peut atteindre une centaine de décibels, soit le volume sonore d'un marteau piqueur ou d'une discothèque (encore du chant de séduction !). D'ailleurs, ce son est si fort lorsqu'il sort de la bouche de la grenouille que nous ne pourrions tenir qu'un quart d'heure juste à côté d'elles sans risquer d’abîmer nos oreilles. Et comme ces messieurs sont regroupés sur la même pièce d'eau pour chanter, les chercheurs se sont longtemps demandé si dame grenouille réussissait vraiment à rejoindre celui dont elle préférait le chant ! Une équipe de chercheurs de Lyon a réussi à montrer que cela était le cas : si un mâle a un chant vraiment très séduisant et si, en plus, ces messieurs ne sont pas tous collés les uns contre les autres, le meilleur chanteur parvient à séduire madame. Ce qui lui plaît par-dessus tout ? Les mâles au chant le plus rapide, à la voix la plus grave et au son le plus fort. Bref, celui qui a le plus de chances d'être gros. Et, comme il peut arriver que la grenouille au chant le plus séduisant ne soit qu'un petit maigrichon, ils ont également voulu tester si dame grenouille vérifiait l'aspect de son prétendant avant de lui donner son cœur. Avec succès : chez les rainettes, il n'y a pas que le chant qui compte !

 

Mais toutes les grenouilles du monde n'émettent pas le classique « coâ coâ ». Certaines ont même un chant aussi étonnant que mélodieux pour nos oreilles  !

Les grenouilles Tùngara, par exemple. On trouve ces petites bêtes en Amérique du Sud. Et voici leur chant !

 

 

Une autre grenouille au chant étonnant est le crapaud accoucheur. Écoutez-le bien !

On trouve ce crapaud un peu partout en France, et même au nord de l'Espagne. Et chez cette espèce, ce sont les mâles qui s'occupent des œufs ! Ils les portent même sur leurs pattes arrière pour les protéger. D'ailleurs, ils peuvent porter les œufs de plusieurs femelles différentes ! Chez les crapauds accoucheurs, pas de jaloux.

 

sciences de la vie - sciences - sélection naturelle - adaptation - chant

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up