Vous êtes ici

Flux RSS

Une brève histoire des classifications du vivant

17 juillet 2013 

Quel est le point commun entre l'homme et un poulet plumé ?
Qu'est-ce qui rassemble les escargots et les crabes ?
Comment classait-on les plantes dans l'Antiquité ?

Petit voyage dans l'histoire des classifications du vivant : premier épisode.

Episode 1 : Des classifications antiques

Un petit tour en Grèce

Une des plus anciennes classifications du vivant connue a été réalisée par un philosophe grec, Platon. Pourtant, il l'élabore dans un livre sur la politique ! Ce livre s'appelle d'ailleurs Le Politique et parait vers -360. Comme souvent à cette époque, Platon y fait discuter plusieurs personnes au sujet de la gestion de la vie publique. Mais, au fil de la conversation, Platon fait effectuer une classification des animaux à ses personnages ! Parmi ces animaux, on trouve par exemple les oies, les grues, les chevaux et... les hommes, animaux parmi tous les autres ! « L’Homme est un bipède sans plumes », en dit Platon. Ce à quoi répondra Diogène en lui présentant un poulet plumé : "Voici l'homme selon Platon !".

 

Son élève, Aristote, écrit deux ouvrages sur les animaux : les Parties des Animaux et l’Histoire des Animaux. Mais il ne se contente pas d'en parler : il les classe. Et de deux manières...

Il range ainsi les êtres vivants en les regroupant par propriétés : là où ils vivent, les organes qu'ils portent, etc. Par exemple, il rassemble les animaux n’ayant "pas de sang" (insectes, gastéropodes, méduses, vers, crustacés…) d’un côté et les animaux ayant du sang de l’autre. Parmi ces derniers, il distingue aussi ceux qui vivent dans l’eau et ceux qui vivent sur terre.

Mais Aristote réalise aussi une échelle des êtres. Très différente, elle rassemble les animaux selon une idée de plus ou moins grande perfection !

 

A sa mort, Théophraste, l'un de ses élèves, s’engage lui aussi dans une classification du vivant. Par contre, lui travaille sur les plantes, qu'il classe en quatre catégories : les arbres, les arbrisseaux, les sous-arbrisseaux et les herbacées. Mais surtout, il se base sur ce qu'il observe lui-même, et nonsur ce qu'on lui raconte !
 

Autour du monde latin

Au premier siècle de notre ère, le Cilicien (ce n’est pas une faute d’orthographe mais le nom d’une province romaine située aujourd’hui en Turquie !) Dioscoride publie un ouvrage majeur dans la classification des plantes : le De materia medica.

Comme Théophraste, il enquête sur ce qu'il observe. Il classe ses plantes suivant leurs vertus thérapeutiques : plantes aromatiques, alimentaires, médicinales, vineuses et vénéneuses. L’influence de ce travail va être immense, puisqu’il sera toujours une référence de premier plan au Moyen-âge !

 

Au même moment, dans l'actuelle Italie, Pline l'Ancien rédige une immense Histoire Naturelle en 37 volumes. Il y parle de géographie, de botanique, de médecine, de minéralogie, et même de zoologie !

Le naturaliste forme différents groupes d'animaux : animaux aquatiques, terrestres, oiseaux, mammifères. Ces groupes ne sont pas fermés, et l'on peut passer de l'un à l'autre. L'autruche, par exemple, est considérée comme le point de passage entre les mammifères et les oiseaux.

 Ces auteurs vont, sans le savoir, poser les bases de plus de dix siècles de classifications !

 À suivre...

 

Texte : Marie Fisler

 

Première série : la sélection naturelle

Épisode 1 : Des yeux et des pigeons (19 juin)

Épisode 2 : Des chats au pôle nord (26 juin)

Épisode 3 : Des textos et des zombies (10 juillet).

classification - Vivant - Platon - poulet - homme - Aristote - théophraste - Pline l'Ancien - Muséum du Havre

Par Muséum le 09 Février 2016 à 10:26

Merci ! Votre commentaire nous touche, nous le transmettons également à Marie Fisler, auteur de cet article.

Par Yves-Gaston Robert le 08 Février 2016 à 13:06

Choix judicieux des rubriques et de leur organisation, simplicité et fiabilité des informations scientifiques, clarté et style agréable des exposés... - ce blog est très séduisant et stimulant! Il donne à un parisien le vif désir de revenir au Havre visiter longuement le Museum - seul et/ou avec son petit-fils. Merci!

Votre commentaire a été ajouté à la file d'attente pour modération par l'administrateur du site et il sera publié après son approbation.
Dispostif anti-spam *

Envoyer


* champs obligatoires

Catégories

Archives

Up