Aller au contenu principal

Le blog du Muséum

Curieux de sciences

Brève histoire de la photographie scientifique

Le 31 mai 2022 par Antoine Salé

Chapô

Dans cet article, nous allons parcourir une brève rétrospective de la photographie dans le monde de la science. En partant de Nicéphore Niépce à l’imagerie 3D tout en passant par la première photographie de la Lune, nous allons voir comment la photographie a toujours été plus ou moins proche du monde scientifique.

 

Pour commencer

L’histoire de la photographie est immense et difficilement condensable en quelques lignes.

Cependant, il apparaît en étudiant cette histoire que la photographie et ses différents procédés ont toujours été de pair avec la science. 

Tout d'abord, il faut différencier deux procédés scientifiques que l’on peut rapidement confondre : imagerie scientifique et photographie scientifique.

En effet, l’imagerie se veut être un reflet du réel ou une observation de la réalité, là où la photographie induit une possible mise en scène et donc une manipulation de la réalité. Ces procédés n’ont donc pas les mêmes buts.

Mais remontons un peu dans l’histoire pour comprendre le rôle de la photographie dans les activités scientifiques.

 

Brève histoire de la photographie

En 1822, Nicéphore Niépce réussit sa première photographie par procédé d’héliogravure. Niépce est donc considéré comme l’inventeur de la photographie malgré de nombreuses difficultés à fixer durablement ses photographies sur un support solide. 

Cependant, c’est en 1839 que la photographie devient réellement célèbre grâce à un certain Louis Daguerre et son “ Daguerréotype “


Chambres noires et plaques pour daguerréotype , fabriqués par Charles Chevalier.

Les débuts de la photographie

Dès la publication de cette invention, cette dernière devient populaire et même des particuliers achètent des daguerréotypes et s’essayent à cet art nouveau venu bousculer les codes. En effet, il faut se rendre compte qu'à cette époque, il y a eu une levée de boucliers de la part de certains peintres contre la photographie. Ces derniers accusaient la photographie de détruire la part de rêve et d’imagination en reproduisant le réel. Comme le peintre Paul Delaroche qui tenait ces mots : “ À partir d’aujourd’hui, la peinture est morte ! ”. Également, en 1856, le roi de Naples Ferdinand II interdisait la photographie, car il l’assimilait à un acte proche du malin. 

Mais on n'arrête pas le progrès. Pour un temps d’exposition rapide (pour l’époque) environ 30 min en fonction de la lumière, on pouvait obtenir une photographie. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons l’image d’un Paris vide à cette époque. C’est tout simplement dû à l’exposition trop longue pour capturer un simple passant.  En effet, si aujourd’hui les appareils photos peuvent avoir une vitesse d’obturation (d’ouverture et de fermeture du diaphragme) allant jusqu’à un huit millième de seconde ( notifiée en 1/8000 ). Pour le daguerréotype, il fallait 30 minutes d’exposition.

 

La photographie dans la science

Mais revenons-en à la science si vous le voulez bien. 

Dès la publication et la commercialisation du Daguerréotype, l’académie des sciences demande à l’État de lancer une campagne d’achat de ces appareils. C’est ainsi que la photographie s'est mise au service de la science, en tout cas pour la France. 

Le Daguerréotype avec quelques modifications a rapidement été utilisé pour l’astronomie. En 1840, grâce à un Daguerréotype, John William Draper réussit la première photographie nette de la Lune. 

Il faut encore une fois se rendre compte de la prouesse technique et du changement scientifique que représente cette photographie de la Lune. En effet, pour obtenir cette photographie, John William Draper a dû exposer son daguerréotype pendant 20 min avec une lentille spéciale. Cependant, la Lune se déplace autour de la Terre à une vitesse de 3 680 km/h ce qui rend difficile l’obtention d’une photographie nette avec ce temps d’exposition sur un sujet photographique se déplaçant à cette vitesse. Également, c'est la première fois dans l’histoire que la science possède une image réelle et fidèle de la Lune. Sur cette photographie, on distingue même une forme de croissant que l’on connait de la Lune, ce qui rend cette photo de très grande qualité pour son âge et en tenant compte de son procédé de photographie.

Malheureusement John William Draper n'a reçu que peu de reconnaissance pour sa photographie. Certains ont même douté de son existence. Ce n'est que plus récemment avec la découverte de ses daguérréotypes représentant la Lune qu'une reconnaissance postume lui a été accordé.


Lune, John William Draper, 1840 

Très rapidement, la photographie devient une manière irréfutable de démontrer et de prouver des propos scientifiques. 

 

Les secteurs de développement de la photographie

Les secteurs scientifiques où la photographie devient un outil important sont nombreux :

  • La neurologie en combinant un microscope et du matériel photographique.
  • En psychiatrie pour documenter les états de certains patients.
  • En physiologie pour capturer l’apparition et le mouvement des muscles du corps humain.
  • En entomologie (entomologie : science qui étudie les insectes) pour documenter les collections. 

Cependant, la photographie animalière n’existait pas encore du fait du temps d’exposition qui était trop long. Une alternative était de photographier des animaux empaillés. 


Par la suite, la photographie et ses innovations ont continué leurs chemins pour devenir par exemple :
 

  • La radiographie.
  • La photographie d’objet et d’être vivant en mouvement.
  • L’imagerie 3d.

La photographie comme étendard des disciplines

Au départ un simple outil de documentation et de justification, la photographie est aujourd’hui devenue l'étendard, à raison ou à tort, des différents secteurs scientifiques dans la culture populaire. 

Ainsi, pour une activité en laboratoire, on associera souvent une image de microscope et de tubes à essais. En effectuant une recherche en rapport avec le corps humain, on remarquera régulièrement une photographie d’un être humain en train de courir. Ou encore en recherchant des informations sur l’astronomie, vous allez rapidement trouver des images de nébuleuses ou du trou noir m87. 


Image du trou noir supermassif M87, le 10 avril 2019. 
 

La photographie n’a pas forcément remplacée tous les modes d’illustrations scientifiques, elle les a plutôt complétés. En effet, la photographie peut permettre de faciliter le dessin ou alors le croquis scientifique en fixant un paysage, un animal ou autre sujet pour ensuite laisser le temps à une personne de mettre au point sa méthode de représentation sans être contrainte par le temps. 

 

Finalement

On peut aisément dire que la photographie dans son essence est toujours restée liée à la science. En effet, avant d’être considéré comme des artistes, les inventeurs de la photographie était avant tout des chercheurs, des inventeurs utilisant des procédés scientifiques pour essayer de fixer durablement une image sur un support solide. 

De plus, très rapidement, le monde de la science s'est saisi de cette invention avec le daguerréotype en l’utilisant dans de nombreux domaines de recherche. Par la suite, la photographie a amené des innovations ou a ouvert la voie à de nouvelles inventions. Aujourd'hui, des représentations photographiques sont devenues les étendards de certaines disciplines scientifiques.

 

Commentaires

Ajouter un commentaire

CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées. Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Vous accueille du mardi au dimanche
10h - 12h / 14h - 18h
Fermé le jeudi matin et le lundi

Place du vieux Marché, 76600 Le Havre

Téléphone : 02 35 41 37 28
Courriel : museum@lehavre.fr

Gardez
le contact

inscrivez-vous à a newsletter