Aller au contenu principal

Philadelphie

Lesueur passe près de dix années à Philadelphie, capitale de la Pennsylvanie, fréquentant les cercles savants dans lesquels il est introduit par William Maclure. 

10 années à Philadelphie

Lesueur passe près de dix années à Philadelphie, capitale de la Pennsylvanie, fréquentant les cercles savants dans lesquels il est introduit par William Maclure.

Chargé de constituer une collection d’histoire naturelle qui fait défaut au Muséum de Paris, il y fait parvenir régulièrement des caisses de spécimens. En décembre 1816, Lesueur devient également membre correspondant de l’Academy of Natural Sciences de Philadelphie.

Dès 1818, Maclure publie son travail de géologie des Etats-Unis et Lesueur se prépare alors à publier une partie de leurs travaux communs. Ne trouvant à Philadelphie qu’un seul graveur en taille douce dont le travail est selon lui très lent et très cher, Lesueur devient lui-même graveur.

Le contrat qui le lie à Maclure touche à sa fin mais ses activités se multiplient.

« (…) Si vous voyez ma chambre c'est un monde renversé les peaux de poissons, les bocaux, les fossiles, coquilles, les tortues qui se promènent au milieu de tout cela, les dermestes qui m'ont dévoré quelques oiseaux quadrupèdes  les larves qui m'ont servi à nourrir mes tortues. (…) Au beau milieu de tout cela est l'atelier de gravures, de dessins,  peu de jours avant la presse (…) enfin mon cher quand on demande l'imprimeur je me présente quand on demande le graveur je me présente quand on demande dessinateur je me présente. Je fais tout ce que je puis pour rendre tout le monde content (...) »

Lettre de Charles-Alexandre Lesueur à Demarest, Philadelphie, 27 novembre ( ?) 1817, p. 3-4 (45035). Version corrigée.

Pour subvenir à ses besoins, il donne des cours de dessin à des particuliers et au sein d’une académie privée. En 1819, Lesueur participe à la mission de tracé de la frontière entre les Etats-Unis et le Canada.

En 1825, il accompagne Maclure, Thomas Say et son cousin James Carmalt, Gerard Troost et Reuben Haines dans un voyage géologique vers le Nord et l’Est de Philadelphie. Outre l’apport en connaissances scientifiques, Maclure et Troost envisagent les ressources minières sous leur aspect technique : le charbon et l’anthracite constituent une ressource énergétique potentielle en matière de chauffage, qui pourrait se substituer au bois.

 

BAGLIONE Gabrielle,  CREMIERE Cédric, Charles- Alexandre Lesueur : Peintre voyageur, un trésor oublié : Conti, Septembre 2009, 399 pages.

Vous accueille du mardi au dimanche
10h - 12h / 14h - 18h

Place du vieux Marché, 76600 Le Havre

Téléphone : 02 35 41 37 28
Courriel : museum@lehavre.fr

Gardez
le contact

inscrivez-vous à a newsletter