Aller au contenu principal

Australie - Le Havre

L'intimité d'un lien (1801-2021)

Du 05/06/2021 au 07/11/2021

Embarquez avec nous en terres australes !
Du 5 juin au 7 novembre, le Muséum met à l’honneur l’Australie à travers les arts et les sciences. 220 dessins de Charles-Alexandre Lesueur et Nicolas-Martin Petit de l’expédition de Bonaparte vers l’Australie  (1800-1804) sont présentés aux côtés d’objets patrimoniaux et de créations contemporaines australiennes.
On y parle d’animaux, de géographie, d’environnements marins, de découvertes singulières… hier et aujourd’hui – ici et là-bas !

L’Australie à travers les arts et les sciences

En 1800, deux bateaux quittent le port du Havre en direction de la Nouvelle-Hollande, nom alors donné à l’Australie. Projeté par le capitaine Nicolas Baudin et ordonné par le Premier Consul Bonaparte, le Voyage de Découvertes aux Terres Australes a duré près de quatre années, pendant lesquelles la corvette Le Géographe et la gabare Le Naturaliste ont sillonné les mers du sud.

Ces noms illustrent les différents objectifs de l’exploration : géographique, cartographique, zoologique, botanique et anthropologique. L’expédition Baudin est la première exploration géographique détaillée des côtes du Sud australien qui constitua notamment le premier inventaire de la faune et flore maritime jamais réalisé sur ce continent.

Ce voyage, c’est aussi la naissance d’un lien fort et durable entre deux régions du monde. Un lien qui perdure encore aujourd’hui : parce que la collection des 8 000 dessins et manuscrits de Charles-Alexandre Lesueur conservée au Muséum du Havre constitue un ensemble majeur pour l’histoire australienne, mais aussi parce que le Muséum poursuit le dialogue avec les communautés d’Australie méridionale, de Tasmanie et du Détroit de Torres, autour de ce patrimoine exceptionnel et de la création contemporaine.

Cette nouvelle exposition, c'est plus de 200 dessins de Charles-Alexandre Lesueur et Nicolas-Martin Petit réalisés lors de l’expédition, présentés aux côtés des collections patrimoniales du musée et de 46 créations contemporaines australiennes.  L’exposition donne la parole aux communautés sur des thématiques environnementales préoccupantes, mais leur permet également de faire connaître ou de faire renaître des traditions ancestrales.

Un parcours en trois parties

L’exposition s’articule autour de trois parties.

  • La première évoque la recherche scientifique et la diffusion de ses résultats, du Voyage aux Terres Australes en 1800 à aujourd’hui, autour notamment des questions de biodiversité marine.
  • La deuxième section fait voyager le public au cœur de la culture aborigène avec une galerie de portraits réalisés pendant l’expédition et des objets contemporains d’Australie du Sud (communauté des Ngarrindjeri) et de Tasmanie.
  • La troisième section présente un véritable centre d’observation de la nature : à  travers les dessins naturalistes (dont de nombreuses aquarelles sur vélin) et des animaux naturalisés, l’espace offrira un regard sur les milieux naturels et leurs habitants.

Cette rencontre unique entre objets scientifiques, objets d’arts et objets contemporains puisant leur source dans les traditions culturelles anciennes  ouvre un dialogue très actuel sur les liens inter-culturels et sur la question environnementale.

La recherche scientifique

La première partie de l'exposition évoque la recherche scientifique et la diffusion de ses résultats, du Voyage aux Terres Australes en 1800, à aujourd’hui.

Trois « îlots » thématiques présentent l’expédition à travers des dessins, des manuscrits, des dispositifs sonores, une maquette de bateau, ainsi que la présentation des travaux du groupe de recherche constitué par le Muséum du Havre et le Muséum National d'histoire naturelle pour l’exposition. Un important travail de comparaison des données scientifiques a été effectué pour mettre en parallèle les résultats obtenus au XIXème siècle et les apports de ces découvertes aujourd’hui pour la biodiversité marine.

Image : Méduse Cassiopea dieuphila, Charles-Alexandre Lesueur - Aquarelle et crayon sur vélin

Cette méduse, qui peut atteindre 60 centimètres de diamètre, est l'une des plus grandes pêchées par l'expédition en Australie du Nord-Ouest.

 

Cultures aborigènes

La deuxième section fait voyager le public au coeur de la culture aborigène avec une galerie de portraits réalisés pendant l’expédition en « Terres Australes » et des objets contemporains d’Australie du Sud (communauté des Ngarrindjeri) et de Tasmanie. Les objets tasmaniens contemporains ont été élaborés par des ainés de communautés qui se sont appuyés sur les dessins de Lesueur représentant des objets aborigènes, pour retrouver les techniques de fabrication de ces objets.

Des techniques que la tradition orale n’avait pas pu transmettre en raison de l’histoire dramatique de ces populations.

Cette exposition met donc en relief le renouveau d’une part de la culture matérielle tasmanienne. Cette partie du parcours dévoile également des récits faits par des savants de l’expédition aux Terres Australes, des rencontres avec des Aborigènes, des partitions, des relevés de musiques et chants.

Une oeuvre graphique et sonore de l’artiste tasmanienne Julie Gough, offre son regard spécifique sur la rencontre entre les cultures.

 

Homme d'Australie, dessin de Nicolas-Martin Petit - Pierre noire ou fusain sur papier  - Collections du Muséum d’histoire naturelle, Le Havre

Observer la nature

 

La troisième section présente un véritable centre d’observation de la nature.

À travers les dessins naturalistes (dont de nombreuses aquarelles sur vélin) et une présentation de plusieurs animaux naturalisés, cette dernière partie de l'exposition offre un regard sur les milieux naturels et leurs habitants.

Dans cet espace, on pourra aussi découvrir les récits des savants du Voyage aux Terres Australes : l’appréhension d’un environnement inconnu, la découverte de nouvelles espèces qui induit même la découverte de nouvelles saveurs puisque les animaux découverts sont souvent goûtés !

Poisson Zanclus canescens (Linné, 1758), Charles-Alexandre Lesueur - Aquarelle, gouache, lavis, encre noire et crayon sur papier - Collections du Muséum d’histoire naturelle, Le Havre

En savoir +

Programme Juin-Août 2021

Autour de l'exposition

Vous accueille du mardi au dimanche
10h - 12h / 14h - 18h
Fermé le jeudi matin et le lundi

Place du vieux Marché, 76600 Le Havre

Téléphone : 02 35 41 37 28
Courriel : museum@lehavre.fr

Gardez
le contact

inscrivez-vous à a newsletter